Les partis d'opposition condamnent les bris de promesses du gouvernement

Le gouvernement libéral devra payer le prix politique de ces hausses de taxes... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer, Martin Ouellet
La Presse Canadienne
Québec

Le gouvernement libéral devra payer le prix politique de ces hausses de taxes «généralisées», a prédit le chef intérimaire du Parti québécois, Stéphane Bédard, vendredi.

Comme il est d'usage, l'opposition officielle a dressé un bilan catastrophique des actions du gouvernement à l'ajournement des travaux parlementaires.

Promesses rompues, hausses de tarifs et de taxes, guerre menée contre les familles et les régions, aplatventrisme devant Ottawa et le pétrole, ce gouvernement ne mérite pas la confiance des Québécois, a soutenu le leader péquiste en point de presse.

«Le bilan de session est plutôt simple: comme tous les Québécois, on a l'impression de s'être fait avoir, de s'être fait passer un sapin dans la dernière campagne électorale, a lancé M. Bédard. Rarement a-t-on vu des promesses brisées aussi rapidement.»

Après avoir dénoncé en campagne électorale l'augmentation de 7 $ à 9 $ du tarif quotidien en services de garde et promis de limiter toute hausse à l'inflation, le gouvernement libéral a asséné un «coup de massue» aux familles avec la modulation des tarifs, a accusé le chef du PQ.

«La population ne doit pas avoir confiance envers des gens qui ne respectent pas leur parole, a-t-il insisté. Ce gouvernement n'aime pas les familles.»

De même, après s'être engagé à épargner les contribuables, le gouvernement de Philippe Couillard a infligé aux Québécois une pluie d'augmentations de tarifs et de taxes, a soulevé le député de Chicoutimi.

«C'est incroyable d'avoir promis une chose et faire exactement le contraire», a-t-il fulminé, rappelant que la récente mise à jour économique et financière du ministre des Finances, Carlos Leitao, a refilé une lourde facture aux contribuables.

«On parle de plus de 500 millions $ simplement dans la dernière mise à jour économique et il y en a d'autres qui s'en viennent dans les prochains mois avec des hausses au niveau municipal, des hausses importantes qui vont toucher la classe moyenne», a dit M. Bédard.

Pour l'opposition péquiste, la faible croissance économique aurait dû inciter le gouvernement à laisser de l'oxygène aux familles, mais il a «choisi la facilité» en allant chercher des fonds dans les poches des contribuables de la classe moyenne.

Selon M. Bédard, le gouvernement s'est mis à dos la population avec ces «hausses de taxes généralisées» et devra en assumer les conséquences auprès de l'électorat.

«M. Couillard a décidé d'augmenter les taxes des familles, des Québécois, des contribuables, de différentes façons - on parle de stratagèmes - et ça, je pense qu'il y aura un prix politique très élevé», a-t-il avancé.

Face à un Parti québécois enfermé dans une logique «irresponsable» d'opposition systématique, la Coalition avenir Québec a joué son rôle de «gouvernement en attente», a fait valoir, de son côté, le chef caquiste François Legault.

«On a proposé d'abolir les élections scolaires, on aurait pu sauver 20 millions $, mais les deux vieux partis ont refusé. On a proposé de faire une commission d'enquête sur les contrats informatiques, les deux vieux partis ont refusé. On a proposé de faire des nominations selon la compétence (...), les deux vieux partis ont refusé», a relaté M. Legault.

Même si elle a appuyé le gouvernement à maintes occasions, notamment pour l'adoption du controversé projet de loi 3 sur les régimes de retraite municipaux, la CAQ s'est démarquée avec sa défenses des contribuables, a estimé le député de L'Assomption.

À son avis, il aurait été possible pour le gouvernement de viser l'atteinte de l'équilibre budgétaire en sabrant dans les dépenses, sans alourdir la charge des contribuables. Mais les libéraux ont choisi une autre voie, a-t-il décrié.

«On a un gouvernement qui choisit de sacrifier la classe moyenne en amputant leur pouvoir d'achat, a déclaré M. Legault. En quelques mois, on a annoncé des hausses sur les tarifs de garde, sur les tarifs d'électricité, sur les taxes scolaires, sur l'assurance auto, sur les droits d'immatriculation. Au total, ça donne une moyenne de 1300 $ par famille.»

Comme son vis-à-vis du Parti québécois, M. Legault croit que les électeurs ont la mémoire longue et n'oublieront pas l'avalanche de tarifs et de taxes qui s'est abattue sur eux depuis l'élection du 7 avril.

«Les citoyens de la classe moyenne sont choqués, sont en colère, a-t-il dit. Je ne sais pas comment ils vont faire pour trouver cet argent-là. Je ne pense pas qu'après Noël ils vont avoir oublié ça et je ne pense pas que, dans quatre ans, ils vont avoir oublié ça.»

Québec solidaire, pour sa part, a condamné le climat d'austérité entretenu par le gouvernement libéral, ses réformes des services publics et son penchant présumé pour le pétrole de l'Alberta.

La formation de gauche redoute un retour à la charge de la société albertaine TransCanada maintenant que le site de Cacouna, choisi à l'origine pour y construire un terminal pétrolier, semble écarté au nom de la protection des bélugas.

«C'est sûr que TransCanada est un vieux loup, on n'apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces. On pense bien qu'ils vont revenir, mais nous serons là, encore et toujours, pour continuer à résister à ce projet du XVIIIe siècle», a averti la députée Manon Massé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer