Loi sur les régimes de retraite: les luttes syndicales ne s'essouffleront pas

Le porte-parole de la Coalition syndicale pour la... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

Le porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, Marc Ranger, a accusé jeudi le gouvernement de briser des ententes négociées et de «voler» les travailleurs.

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les syndiqués jurent que la guerre n'est pas terminée malgré l'adoption du projet de loi sur les régimes de retraite, bien que le ministre Pierre Moreau juge que leur opposition «n'a pas eu d'effet» jusqu'ici.

Les votes des libéraux et caquistes ont largement suffi pour battre ceux combinés des péquistes et des solidaires en chambre et adopter le projet de loi 3, jeudi.

Même si le résultat était prévisible, il a fait bondir la Coalition syndicale pour la libre négociation qui promet que la lutte ne s'essoufflera pas, bien au contraire.

«Le gouvernement vient de briser l'harmonie dans les relations de travail et il y aura un prix à payer», a prévenu le porte-parole de la Coalition, Marc Ranger. Il accuse le gouvernement de briser des ententes négociées de bonne foi et de «voler» les travailleurs.

«Notre détermination est plus grande que jamais, assure-t-il. J'ai des nouvelles pour le premier ministre et le ministre Moreau qui veulent nous rentrer dedans. Qu'ils nous regardent aller. Le mouvement va prendre de l'ampleur et tous les secteurs vont s'y joindre. [...] Ils ont allumé un feu, c'est à eux de prendre les moyens pour l'éteindre.»

La loi forcera, si les parties ne parviennent pas à s'entendre, le partage à parts égales des déficits passés, actuels et à venir des régimes de retraite. La mobilisation syndicale sera déplacée vers les administrations municipales qui entendent se prévaloir des dispositions de la loi, prévient la Coalition.

Le porte-parole Ranger trace un parallèle entre l'imposition de conditions aux travailleurs municipaux et le nouveau projet de loi qui prévoit de négocier avec des firmes délinquantes un remboursement de la surfacturation liée à la collusion dans l'industrie de la construction. Il sous-entend que les libéraux s'entendront avec les firmes différemment en fonction des contributions à la caisse électorale du parti.

Invitation à négocier

De son côté, le ministre Moreau «ne voit pas pourquoi les manifestations s'intensifieraient». Les énergies devraient être concentrées autour des tables de négociation pour décrocher des ententes avant que la loi ne vienne imposer des conditions, juge-t-il. D'autant plus que, selon lui, l'opposition au projet de loi «n'a pas eu d'effet». «Les faits démontrent clairement que la libre négociation n'a pas réglé les choses», argue-t-il.

Le ministre des Affaires municipales s'est par ailleurs dit sûr que sa loi résiste au test des tribunaux si les syndicats vont de l'avant avec leur menace de la contester.

D'autre part, M. Moreau entend s'atteler à négocier avec les municipalités une nouvelle entente fiscale dans laquelle il espère pouvoir leur donner les outils pour s'attaquer à la croissance de leurs dépenses. «Si votre question est : "Est-ce que vous aller donner le droit de lockout aux municipalités?", on n'est pas rendu là, a assuré le ministre. Ce n'est pas comme ça qu'on examine les choses. On va y aller calmement.»

Labeaume «très heureux et très fier»

Régis Labeaume s'est pour sa part dit «très heureux et très fier» jeudi après l'adoption du projet de loi 3 sur les régimes de retraites des employés municipaux. Aux yeux du maire de Québec, il s'agit de l'aboutissement «de cinq ans de travail».

«Il fallait accepter de comprendre que ce serait difficile et que la route serait cahoteuse», a-t-il commenté à son retour d'une mission en Belgique en fin de journée jeudi.

M. Labeaume dit ne pas craindre les recours devant les tribunaux promis par les syndicats qui ont annoncé vouloir contester la validité de la loi. «Que voulez-vous qu'ils disent? Le gouvernement a le droit de faire ce qu'il a fait. Et on a élu le gouvernement pour ça, en passant», a-t-il dit.

Avec Valérie Gaudreau et Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer