Le rapport Robillard manque de «subtilité», dit Labeaume

Le maire Régis Labeaume... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le maire Régis Labeaume

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les maires de Québec, Montréal et Lévis font confiance au ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, pour ne pas céder aux recommandations du rapport Robillard.

«Ça manque vraiment beaucoup de subtilité. Je suis pas sûr que le ministre est bien heureux de ça», a dit le maire de Québec à propos du rapport de la Commission de révision permanente des programmes présenté dimanche matin.

Les commissaires évaluent que le gouvernement pourrait couper 1,3 milliard $ dans ses transferts aux municipalités. 

Dès dimanche, M. Labeaume s'est entretenu avec le ministre Moreau. «On en a beaucoup discuté et je peux vous dire qu'on voit les choses de la même façon. Ça ne m'inquiète pas beaucoup au moment où on se parle», a dit le maire de Québec qui promet de commenter davantage ces prochains jours. 

M. Labeaume souhaite en effet étoffer sa réaction car, dit-il, les propos des commissaires sont durs à l'endroit des gestionnaires municipaux. «Ça laisse poser beaucoup de questions sur les administrations municipales. Et c'est peut-être ce qu'il y a de plus détestable là-dedans», a-t-il tranché. «Je vais vous revenir car on veut bien y répondre pour fermer la porte une fois pour toutes», a tranché M. Labeaume, qui a également parlé dimanche avec le maire de Montréal, Denis Coderre. Ce dernier, qui s'est aussi entretenu avec le ministre libéral, estime que Montréal a fait sa part en acceptant 75 millions $ de compressions cette année.

Municipalités ciblées

Les municipalités sont particulièrement ciblées dans ce premier rapport du comité piloté par l'ex-ministre Lucienne Robillard.

La Commission estime que le gouvernement doit procéder à «une réduction significative des transferts aux municipalités et incite ces dernières à mieux contrôler leurs dépenses».

Le commissaire Robert Gagné estime pour sa part que le milieu municipal est incapable de gérer sa masse salariale.

Du côté de Lévis, le maire Gilles Lehouillier, qui siège aussi à l'Union des municipalités du Québec (UMQ), se dit assuré que le gouvernement du Québec «est très conscient des limites des municipalités». «Ce qui est à souhaiter est que le gouvernement n'aille pas au-delà. Si les coupures ont pour effet qu'on augmente les taxes municipales, on n'a rien réglé», a-t-il dit.

Déjà dimanche, la présidente de l'UMQ, Suzanne Roy, s'est dite «catastrophée» par les recommandations de la Commission et a demandé au premier ministre Philippe Couillard et au ministre Moreau d'ignorer les conclusions du rapport.

Le président de Fédération québécoise des municipalités, Richard Lehoux, a pour sa part donné «un E pour ÉCHEC» au rapport de Mme Robillard. «Comment ont-ils pu rendre public un tel rapport sans nuance et sans regarder ce que l'État et ses ministères imposent comme nouveaux fardeaux aux municipalités année après année?» a-t-il demandé. 

Avec La Presse

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer