Des coupes de 2,3 milliards $ suggérées au gouvernement

Le rapport de l'ex-ministre Lucienne Robillard suggère huit... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le rapport de l'ex-ministre Lucienne Robillard suggère huit pistes de compressions au gouvernement du Québec dans ce premier rapport.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Auger
Le Soleil

(Québec) La Commission de révision permanente des programmes recommande au gouvernement libéral d'aller beaucoup plus loin dans ses coupes budgétaires en comprimant ses dépenses de 2,3 milliards $, en réduisant entre autres de 1,3 milliards $ les transferts aux municipalités et de 300 millions $ l'aide aux agriculteurs.

«La révision des programmes s'impose», a insisté dimanche la présidente de la Commission, l'ancienne députée libérale Lucienne Robillard. «Il y a urgence de redresser les finances publiques», a-t-elle ajouté. «On cherche à réduire le fait que le Québec dépense au-dessus de ses moyens.»

Les municipalités du Québec sont les premières dans la ligne de mire de ce premier rapport. La Commission est persuadée que le gouvernement doit procéder à «une réduction significative des transferts aux municipalités et incite ces dernières à mieux contrôler leurs dépenses».

Cette baisse de transferts forcerait les villes à comprimer leurs dépenses, les faisant passer de 5,8 % à 1,3 %. Des économies de 1,3 milliards $ sont possibles en serrant la vis dans les finances des villes, croient les commissaires. «Le 5,8 % est même plus élevé que la croissance des dépenses dans le domaine de la santé et de l'éducation. Alors on se dit, il y a quelque chose qui ne va pas!» a plaidé Lucienne Robillard.

Le milieu municipal est incapable de gérer sa masse salariale, conclue un des commissaires, Robert Gagné. «On constate la hausse assez remarquable de la rémunération dans le secteur municipal», a-t-il dit. «À terme, les municipalités vont devenir hyper couteuses, et il faut faire quelque chose.» Les villes ne vont-elles refiler la facture aux contribuables sous la forme de taxes municipales dans un tel scénario? «C'est très clair qu'elles peuvent le faire sans hausse de taxes. C'est sûr à 100 %», a rétorqué Robert Gagné.

Lucienne Robillard en a rajouté concernant l'inaction selon elle des villes en matière de compressions budgétaires. «On peut pas... Comment supporter que le gouvernement provincial, toute la province, avec les secteurs névralgiques comme la santé et l'éducation, se serrent la ceinture à 1,3 % pour l'année prochaine et que les municipalités, elles, vont être à 5,8 %? Il y a quelque chose qui ne marche pas dans le système. C'est l'alerte qu'on a.»

Le milieu agricole est également visé par la Commission. Le rapport met en lumière l'aide «généreuse» aux agriculteurs. Elle propose «de revoir complètement le programme et le refonder sur les bases d'un véritable système d'assurances, dans lequel les assurés assument la totalité de la prime de risque». De plus, l'organisme de révision propose au gouvernement «de mettre fin au financement du Programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles et de réduire ainsi son financement annuel à la Financière agricole du Québec d'un montant annuel de l'ordre de 300 millions $».

Les organismes communautaires et les bénévoles du Québec sont aussi mentionnés par la Commission. Le rapport conclue que le contexte budgétaire doit entraîner l'abolition complète des budgets discrétionnaires des ministres - une somme de 14,4 millions $ dont bénéficie en bonne partie les organismes communautaires. La Commission plaide également pour l'abolition du programme de Soutien à l'action bénévole pour économiser 10,4 millions $.

Huit pistes de compressions suggérées

La Commission de révision permanente des programmes suggère huit pistes de compressions au gouvernement du Québec dans ce premier rapport.

• Réduire significativement les transferts aux municipalités et leur donner les outils pour revoir à la baisse la rémunération des employés.

• Couper 300 millions dans l'aide aux agriculteurs et réformer le Programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles.

• Augmenter à 35 $ par jour (brut, avant des crédits d'impôt bonifiés et optimisés) les frais des services de garde, et cesser toute création de nouvelles places en garderies.

• Déréglementer le financement des étudiants internationaux, et appliquer des quotas pour tous les étudiants bénéficiant d'exemptions.

• Réviser tous les contrats liant le gouvernement aux entreprises ambulancières du secteur privé et augmenter la tarification des services.

• Abolir tous les budgets discrétionnaires des ministres.

• Abolir le programme de Soutien à l'action bénévole.

• Ne pas prendre de décision précipitée concernant une réduction significative des subventions aux écoles privées.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer