Rejet de .quebec par les libéraux: un mépris du Québec, dit le PQ

La péquiste Véronique Hivon ne digère pas que... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La péquiste Véronique Hivon ne digère pas que l'équipe gouvernementale ait refusé de débattre, mardi, d'une motion qui l'invitait à «assumer un rôle de leader dans l'émergence et le déploiement du suffixe .quebec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En rejetant la possibilité que les sites gouvernementaux migrent du suffixe .gouv.qc.ca à celui de .quebec, le gouvernement de Philippe Couillard cherche à rapetisser l'identité québécoise, accuse le Parti québécois.

La péquiste Véronique Hivon ne digère pas que l'équipe gouvernementale ait refusé de débattre, mardi, d'une motion qui l'invitait à «assumer un rôle de leader dans l'émergence et le déploiement du suffixe .quebec et à s'engager dans un processus de migration d'adresses pour ses ministères et organismes». Le texte de la résolution était soutenu par le Parti québécois, mais aussi par la Coalition avenir Québec et Québec solidaire.

«Une fois de plus, le gouvernement libéral a décidé de ne pas défendre l'identité québécoise, de ne pas prendre les moyens de la faire rayonner», a dénoncé Véronique Hivon.

Les libéraux considéreraient que le Québec doit être «une province parmi d'autres plutôt qu'une nation qui peut s'exprimer clairement sur la Toile».

Mme Hivon fustige une «décision idéologique». Elle estime que l'actuel gouvernement du Québec ressent un «malaise à affirmer la voix du Québec, l'identité du Québec».

«On en a eu un exemple quand M. Couillard a prononcé son discours uniquement en anglais sur la scène internationale», enchaîne-t-elle.

CONTEXTE BUDGÉTAIRE

Au gouvernement, on indique vouloir éviter une dépense de quelque 12 millions $ dans un contexte budgétaire déjà difficile. Faux prétexte, réplique l'élue péquiste.

Comme d'autres, elle met en doute ce chiffre de 12 millions $. De plus, «cette migration-là, elle peut tout à fait se faire de manière graduelle. On n'est pas obligés, du jour au lendemain, de tout transformer.»

Cette aventure a débuté en juin 2008. C'est l'ex-ministre libéral Raymond Bachand qui en avait lancé l'idée, idée qui vient d'aboutir puisque l'organisme international d'agrément a accepté le nom de domaine .quebec. Il peut être utilisé depuis mardi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer