Forces et démocratie vise 17 élus au prochain scrutin

Député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin entame une... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia, Jean-François Fortin entame une tournée des régions pour notamment dénicher les 78 futurs représentants québécois de son parti, Forces et démocratie.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Faire élire au moins un député dans chacune des 17 régions administratives du Québec au prochain scrutin fédéral. Voilà ce à quoi aspire le chef du nouveau parti fédéral Forces et démocratie, Jean-François Fortin.

Alors qu'il entame une tournée des régions, le député de la Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia dit souhaiter «de bons porte-paroles» pour chacune d'entre elles lorsque les électeurs seront appelés aux urnes. «On veut s'imposer comme un incontournable», affirme avec aplomb le politicien de passage à Québec lundi. Au fil de la conversation, il évoque aussi le chiffre magique de 12 députés élus, qui donne droit à des privilèges parlementaires et «des moyens d'action» à la Chambre des communes. 

Si ses voeux sont exaucés, il battra la piètre performance de son ancienne formation aux élections de 2011, le Bloc québécois, qui n'avait envoyé que quatre représentants à Ottawa. Mais M. Fortin ne voit pas les choses de cet oeil. «Ce n'est pas une lutte contre le Bloc québécois! Mais c'est sûr qu'on veut être plus que quatre députés», admet-il. En plus de rencontrer des acteurs «terrain», comme des représentants des municipalités et des gens d'affaires, sa virée dans la province a aussi pour but de dénicher les 78 futurs représentants québécois de Forces et démocratie. 

Il préfère promettre des candidats «impliqués dans la communauté» plutôt que des «vedettes» pour la région de la Capitale-Nationale qu'il décrit comme une «plaque tournante». «Nous avons une volonté de percer à Québec et ne pas avoir uniquement des candidats poteaux», renchérit celui qui dit avoir plusieurs contacts avec des gens d'affaires. 

Une voix pour les régions

«Nous sommes ouverts à tous les nationalistes et les régionalistes», répète souvent celui qui fait la cour à tous ceux qui partagent ses idées visant à redonner une voix aux régions. D'ailleurs, il croit que certains collègues d'autres partis fédéraux «qui me posent des questions» pourraient encore se joindre à lui et au député de Repentigny, l'ex-néo-démocrate Jean-François Larose, dans l'aventure de Forces et démocratie. 

S'il est trop tôt pour faire des promesses précises aux électeurs de chacune des régions, celles-ci auront chacune droit à cinq «projets porteurs» dans la plateforme électorale. La grande politique de décentralisation du pouvoir et de l'argent, qui sera déposée avant Noël, saura aussi les convaincre, prédit le chef de 41 ans, qui dispose de moins d'un an pour se préparer à son premier grand test. «Le plus gros défi, c'est d'établir la notoriété et la crédibilité du parti», admet celui qui se dit néanmoins convaincu d'avoir allumé «beaucoup plus qu'un feu de broussailles» avec ses idées «qui sont là pour rester».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer