Harcèlement: Mulcair était au courant

Le chef du NPD Thomas Mulcair... (Photo Blair Gable, Reuters)

Agrandir

Le chef du NPD Thomas Mulcair

Photo Blair Gable, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanis Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair était au courant depuis plusieurs mois que deux de ses députées avaient formulé des allégations de harcèlement à l'endroit de deux élus libéraux, mais il avait choisi de respecter leur désir de garder le tout confidentiel.

Selon une attachée de presse du Nouveau Parti démocratique (NPD), Greta Levy, les deux victimes présumées ne souhaitaient pas que leur histoire se retrouve ainsi sur la place publique et voulaient cheminer à leur façon.

Ainsi, le chef libéral Justin Trudeau a pris de court le NPD et les deux principales intéressées, mercredi, en annonçant la suspension des députés Massimo Pacetti et Scott Andrews en raison d'allégations de «fautes personnelles».

La sortie de M. Trudeau a été décriée par le chef néo-démocrate et la whip du parti, Nycole Turmel, qui ont accusé le chef libéral d'avoir victimisé une seconde fois les députées en dévoilant cette histoire sans leur consentement.

La députée néo-démocrate Megan Leslie a plaidé jeudi que ses collègues avaient tout à fait le droit «de procéder comme elle le veulent».

Et le fait que les libéraux n'aient pas divulgué les noms des victimes présumées n'excuse rien, a-t-elle fait valoir lors d'une mêlée de presse avant la période des questions.

«Nous nous connaissons tous ici (au parlement). C'est un milieu de travail restreint. Savez-vous combien j'ai reçu de courriels de gens qui me demandaient si c'était moi (la victime présumée)?»

La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, s'est pour sa part rangée du côté de M. Trudeau.

Il aurait été critiqué s'il n'avait rien fait, et on le critique actuellement parce qu'il a fait quelque chose, a-t-elle fait valoir.

Les députés Massimo Pacetti et Scott Andrews ont tous deux déclaré mercredi qu'ils n'avaient rien à se reprocher.

Les banquettes des deux députés nouvellement indépendants étaient vides en Chambre, jeudi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer