Réaffectation de Marie Claire Ouellet: faveur aux «amis libéraux», dit l'opposition

Le Soleil révélait mardi matin qu'en pleine période d'austérité... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Soleil révélait mardi matin qu'en pleine période d'austérité budgétaire et alors qu'un gel d'embauche a été décrété au gouvernement, un poste a été créé au ministère du Tourisme pour réaffecter la haute fonctionnaire Marie Claire Ouellet.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les partis d'opposition ont dénoncé ce qu'ils associent à un traitement de faveur «aux amis libéraux» la création d'un poste au ministère du Tourisme pour l'ancienne responsable des communications du gouvernement Charest, Marie Claire Ouellet.

Le Soleil révélait mardi matin qu'en pleine période d'austérité budgétaire et alors qu'un gel d'embauche a été décrété au gouvernement, un poste a été créé au ministère du Tourisme pour réaffecter la haute fonctionnaire. Celle-ci avait été prêtée pendant deux ans à l'Office du tourisme de Québec lorsque Pauline Marois est entrée au pouvoir en 2012 puisque le Parti québécois avait préféré placer un des leurs aux communications gouvernementales.

«On a un président du Conseil du trésor qui est un grand parleur, petit faiseur [...]. C'est encore dans les petits caractères du programme libéral : l'austérité pour tout le monde sauf pour la famille libérale», s'est insurgé le chef intérimaire du Parti québécois, Stéphane Bédard. «Je pense que c'est un mauvais exemple à donner, c'est gênant dans le contexte actuel», a-t-il renchéri.

«Ça fait deux fois que le projet de loi 15 (qui porte sur le contrôle et la gestion des effectifs des ministères, organismes, réseaux de la santé et de l'éducation, de même que des sociétés d'État) est mis en pièces, la première avec l'embauche d'André Dicaire et maintenant avec Marie Claire Ouellet», a ajouté sa collègue dans Taschereau, Agnès Maltais.

Pour sa part, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a qualifié «d'inacceptable si c'est le cas» la création d'un poste spécifique «au moment où l'on essaie de réduire la taille de l'État». À la période des questions à l'Assemblée nationale, la porte-parole caquiste en matière de Tourisme, Chantal Soucy, a voulu savoir si un nouveau poste avait bel et bien été créé sur mesure pour Mme Ouellet.

Pour la députée de Saint-Hyacinthe, la fonctionnaire aurait simplement dû occuper un siège laissé vacant par un congé de maternité, de maladie ou encore un départ à la retraite puisque la création d'un nouvel emploi entraîne des frais en plus du salaire versé. «Mme Ouellet est déjà une haute fonctionnaire de l'État et elle reçoit déjà une rémunération de l'État et je ne vois pas pourquoi on n'utiliserait pas son talent et je pense que c'est ce que nous demandent les Québécois, d'utiliser les talents que nous avons dans la fonction publique», a répliqué le ministre du Tourisme, Dominique Viens, sans fournir davantage de détails.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer