Le commissaire à l'éthique déclenche une enquête sur Nathalie Normandeau

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, a embauché... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, a embauché en début de semaine Nathalie Normandeau comme consultante spéciale.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'opposition officielle du Parti québécois allègue que l'ex-ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, commet un manquement au Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale du Québec en agissant comme consultante auprès du maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger.

Le commissaire à l'éthique a décidé cet après-midi de déclencher une enquête sur ce possible manquement à la suite d'une plainte formulée par la députée de Taschereau, Agnès Maltais. Sa plainte s'appuie sur l'article 59 du Code d'éthique et de déontologie, lequel stipule qu'un «membre du Conseil exécutif qui a agi relativement à une procédure, une négociation ou une autre opération particulière ne peut, après qu'il ait cessé d'exercer ses fonctions à ce titre, agir au nom ou pour le compte d'autrui à l'égard de la même procédure, négociation ou autre opération».

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, a embauché en début de semaine Nathalie Normandeau comme consultante spéciale afin qu'elle l'aide à trouver une solution dans ses difficiles négociations avec l'agglomération de Québec. L'ex-ministre touchera 250$ l'heure pour les conseils qu'elle prodiguera, et ce jusqu'à concurrence de 25000$.

«C'est une femme de solutions qui a une vaste expérience dans le domaine municipal», a fait valoir M. Loranger en entrevue avec Le Soleil mardi. «Avec un peu de volonté, je suis convaincu qu'on peut trouver une solution qui sera gagnante pour nous, pour Saint-Augustin-de-Desmaures et pour Québec.»

Émile Loranger a rappelé que Nathalie Normandeau était la ministre des Affaires municipales en 2009 lorsque ces trois villes s'étaient entendues avec le gouvernement du Québec sur un accord visant à régler les problèmes de l'agglomération. Le maire estime que L'Ancienne-Lorette et Saint-Augustin paient trop cher pour les services d'agglomération, parmi lesquels ceux de la police et le Service de protection contre les incendies.

Nathalie Normandeau refuse de commenter la plainte du Parti québécois, non plus que l'enquête ouverte par le commissaire à l'éthique et à la déontologie. Par la voix d'un porte-parole, elle indique qu'elle collaborera à l'enquête. Elle n'a pas l'intention de sursoir à son mandat.

Mme Normandeau a démissionné de son poste de ministre le 6 septembre 2011. Il faut savoir que le commissaire à l'éthique et à la déontologie conserve sa compétence à l'égard d'une personne qui a cessé d'être député durant une période de cinq ans suivant la fin de son mandat.

Le commissaire Jacques Saint-Laurent remettra les conclusions de son enquête au président de l'Assemblée nationale. C'est ce dernier, Jacques Chagnon, qui les rendra publiques.

Chez les libéraux, certains pensent à une «manoeuvre de diversion» de la part du Parti québécois, lequel essaierait par tous les moyens de faire taire ceux qui évoquent des conflits d'intérêts à propos du fait que Pierre Karl Péladeau siège à l'Assemblée nationale tout en contrôlant le groupe de presse Québecor. Une critique qu'on juge totalement loufoque chez les péquistes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer