Direction du PQ: la course bat son plein dans les instances internes

Deux présidents de circonscription avec lesquels Le Soleil... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Deux présidents de circonscription avec lesquels Le Soleil s'est entretenu, mardi, penchent pour Bernard Drainville, mais non ouvertement.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les présidents de circonscription du Parti québécois paraissent majoritairement appuyer la candidature de Pierre Karl Péladeau à la direction de leur formation. Mais le baron de presse ne rallie pas tout le monde au sein des instances internes, où les camps se forment et se jaugent.

Comme un microcosme de ce qui se déroule dans l'ensemble du Québec, près de la moitié des 11 présidents des circonscriptions de la capitale se sont déjà rangés derrière le député de Saint-Jérôme.

Ces cinq présidents ont envoyé une lettre ouverte aux médias pour le faire savoir haut et fort - bien que Pierre Karl Péladeau ne se soit pas encore officiellement déclaré candidat à la succession de Pauline Marois.

Denis Martel, président de l'exécutif du Parti québécois de la circonscription de Charlesbourg, estime que la «crédibilité économique» de M. Péladeau représente un atout. «C'est le développement économique bien plus que l'austérité qui permettra aux citoyens d'en avoir pour leur argent», écrit-il avec quatre de ses collègues de la région de la capitale. Et ce développement économique, c'est Pierre Karl Péladeau qui est le mieux placé pour le porter, d'après le groupe.

D'autres présidents de circonscription opteront aussi pour Pierre Karl Péladeau d'ici quelque temps, mais certains sont plus que réservés quant à cette éventuelle candidature. 

Prudents, d'autres préfèrent attendre avant de se prononcer. C'est le cas, entre autres, du président péquiste de la circonscription de Taschereau, Louis Germain. Il veut laisser les débats suivre leurs cours avant de se commettre.

C'est également le cas, autre exemple, mais cette fois à l'extérieur de la région de la capitale, du président péquiste de la circonscription de Rimouski, Alain Dion - même si le député avec qui il travaille, Harold Lebel, s'est rangé dans le camp Péladeau.

Les présidents des exécutifs péquistes des circonscriptions de Charlesbourg, de Jean-Talon, de Louis-Hébert, de La Peltrie et de Montmorency expliquent soutenir Pierre-Karl Péladeau parce qu'il serait «le plus apte à refaire du Parti québécois une véritable force politique dans la capitale nationale - et que c'est une condition préalable pour réussir à faire du Québec un pays».

Longueur d'avance

Pierre Karl Péladeau part avec une longueur d'avance. Mais les camps s'organisent et les représentants des différentes instances du Parti québécois sont sollicités par les candidats déclarés et ceux qui se déclareront sous peu. Deux présidents de circonscription avec lesquels Le Soleil s'est entretenu, mardi, penchent pour Bernard Drainville, mais non ouvertement.

Grégoire Dufour, le président des jeunes du Parti québécois de la capitale, a, lui, clairement choisi son candidat. Ce sera Alexandre Cloutier, le plus susceptible de «rebrancher» le Parti québécois avec les jeunes et les travailleurs, dit-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer