Attentats: les partis d'opposition lancent un appel au calme

Le NPD craint que la fébrilité qui règne... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Le NPD craint que la fébrilité qui règne actuellement sur la colline dans la foulée de la fusillade survenue mercredi à Ottawa puisse teinter indument le contenu du projet de loi.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Auger
Le Soleil

(Québec) Les partis d'opposition fédéraux lancent un appel au calme et à la réflexion dans l'après-coup de l'attentat meurtrier devant le parlement d'Ottawa.

Jeudi, le ministre de la Sécurité publique Steven Blaney a soutenu que le gouvernement conservateur allait déposer un projet de loi pour renforcer les pouvoirs des autorités sécuritaires. Le député de Lévis-Bellechasse a assuré que le projet de loi allait «donner des outils nécessaires à nos agences d'application de la loi pour que les accusations se transforment en sentences».

Vendredi, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a prévenu le gouvernement. Pas question de se servir de l'angoisse et la peur entourant l'attentat d'Ottawa pour influencer indûment le projet de loi. «On va essayer de voir quel genre de criminel on a eu entre les mains avant de commencer à s'extrapoler dans le futur. Je pense que, comme dans bien des choses, il faut attendre que la poussière retombe», a plaidé la porte-parole du parti en matière de justice, Françoise Boivin.

Le gouvernement Harper disposerait déjà de bien des outils en matière de lutte contre le terrorisme, a ajouté l'élue du NPD. «Alors commençons par regarder nos lois actuelles, ce que l'on a, et voir [...] s'il y avait des manques par rapport à ce qui s'est passé cette semaine ou s'il y aurait des choses qui auraient pu être utilisées», a spécifié l'élue néo-démocrate.

Le Parti libéral du Canada a lancé pour sa part l'idée de créer un comité permanent composé des élus de la Chambre des communes et dont le mandat serait de superviser les activités des agences sécuritaires du pays. «On reconnaît le besoin d'avoir plus de mesures de sécurité, mais en même temps, il faut s'assurer qu'il n'y a pas d'abus du côté des droits humains», a déclaré le député Marc Garneau. Cette nouvelle structure a été vite écartée par le gouvernement conservateur vendredi.

Congrès teinté à Québec

Les députés néo-démocrates du Québec auront l'occasion de poursuivre le débat toute la fin de semaine dans la capitale provinciale. Le NPD tient son congrès provincial à Québec - une rencontre assurément teintée par la tragédie d'Ottawa.

Quelques députés néo-démocrates seront d'ailleurs absents, invoquant le besoin d'un certain repos après la séquestration au parlement de mercredi.

«On a un petit peu l'impression d'être dans le jour d'après. C'est sûr qu'on a vécu une émotion assez intense», relate la députée de Québec, Annick Papillon, qui sera du congrès. «Mais en même temps, on se doit de retourner à la normale. On ne peut pas nier ce qui s'est produit. Il faut retourner à la normale, et c'est la seule façon de se guérir de ça.»

Les membres du caucus néo-démocrate seront aux aguets concernant les conséquences inévitables de l'attentat d'Ottawa sur la politique fédérale, promet Annick Papillon. «Nous, notre travail dans l'opposition, ça va être de regarder ce que ça va donner pour la suite.»

Les membres de l'aile québécoise du NPD discuteront de programme et de stratégie électorale aujourd'hui et demain, abordant notamment ce matin les projets controversés du Port de Québec. Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer