Les activités des cadets suspendues pour la fin de semaine

Le bivouac d'automne annuel du corps de cadets... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le bivouac d'automne annuel du corps de cadets 1239 Clermont-La Malbaie dans Charlevoix prévu cette fin de semaine au mont Grand-Fonds est un exemple du type d'activité annulé.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean François Néron, Brigitte Lavoie
Le Soleil

(Québec) Les corps de cadets à travers tout le pays suspendent leurs activités pour la fin de semaine à la suite de l'attentat de mercredi à Ottawa qui a coûté la vie au caporal Nathan Cirillo.

Cette nouvelle directive nationale touche la Ligue navale, la Ligue des cadets de l'air et la Ligue des cadets de l'armée. «On parle d'une cessation temporaire des activités pour la fin de semaine en raison des événements de mercredi», explique Daniel Blouin, conseiller en communication pour les Forces canadiennes, soulignant que la directive ne découle pas d'une menace spécifique reçue envers les cadets. On va réévaluer la situation lundi», ajoute-t-il.

Le bivouac d'automne annuel du corps de cadets 1239 Clermont-La Malbaie dans Charlevoix prévu cette fin de semaine au mont Grand-Fonds est un exemple du type d'activité annulé. Une nuit sous la tente était notamment prévue. «Nous, c'est sûr qu'on suit la directive, lance le capitaine Érick Tremblay, commandant de l'unité. Il devait y avoir 25 participants de 12 à 18 ans. C'est partie remise.»

La mesure de sécurité touche quelque 53 000 cadets à l'échelle du pays dont près de 12 000 au Québec seulement répartis dans 234 groupes. Tout comme les militaires, les cadets doivent respecter la directive de ne pas porter l'uniforme.

Parents surpris

L'annulation des activités des cadets jusqu'au 27 octobre «surprend et fait réfléchir», admet  Caroline Pilote, mère d'un cadet du corps La Malbaie-Clermont. «Je n'aurais pas pensé que ça aurait pu toucher la vie de nos enfants. C'est un peu un choc, lorsque j'ai vu la directive. Ça m'a donné la chair de poule. On est rendus là ?»

Si elle comprend que «c'est pour la protection de nos enfants», Mme Pilote appréhende ce que pourrait devenir le mouvement des cadets dans un contexte de sécurité resserrée. «Peuvent-ils en venir à arrêter ce programme? Ça serait dommage. Avec les cadets, les enfants progressent dans la vie, ils échangent dans un contexte humain, ils font du sport, s'ouvrent à plein de choses. Je trouverais dommage que nous laissions nos enfants devant les ordinateurs le vendredi soir parce que le corps de cadets n'existe plus. Est-ce que certains gros rassemblements, comme les jeux d'hiver, vont disparaître? »

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer