Longue ovation pour le sergent d'armes Kevin Vickers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

La Chambre des communes a repris ses activités comme prévu au lendemain de la fusillade au parlement d'Ottawa, et c'est sous une salve d'applaudissements que les députés ont accueilli leur sergent d'armes Kevin Vickers, celui qui a neutralisé le tireur qui a fait irruption dans l'édifice.

L'heure n'était pas à la partisanerie, jeudi, et les banquettes habituellement clairsemées des séances matinales étaient presque remplies. Les députés se sont tous levés d'un bond lorsque M. Vickers a fait son apparition en Chambre avec son emblématique masse dorée.

Le sergent d'armes est demeuré sobre, mais a semblé ému pendant la longue et bruyante ovation que lui ont réservée les élus, qui a d'ailleurs été suivie de plusieurs autres salves d'applaudissements au fur et à mesure que les chefs de parti lui rendaient hommage.

Après que les députés eurent entonné en choeur le Ô Canada et observé une minute de silence en hommage au caporal Nathan Cirillo, ce soldat qui est tombé sous les balles du tireur fou au Monument commémoratif de guerre du Canada, le premier ministre Stephen Harper a pris la parole.

Il a exprimé la gratitude du gouvernement envers les policiers et les services de sécurité et pour rappeler que le Canada ne serait pas intimidé par l'attentat.

«Nous ne serons pas intimidés. Nous serons vigilants, mais nous ne nous sauverons pas sous la peur. Nous serons prudents, mais nous ne céderons pas à la panique. Nous voici, dans nos sièges, dans notre Chambre en plein coeur de la démocratie canadienne et le travail continu», a-t-il ajouté.

Les discours des trois principaux chefs de parti se sont conclus avec le même spectacle inusité. Tour à tour, après leur allocution, ils ont traversé la Chambre des communes pour se faire l'accolade et se serrer la main avant de se diriger vers Kevin Vickers pour le remercier chaleureusement.

Car tout semble indiquer que le sergent d'armes, un ancien haut gradé de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a sauvé de nombreuses vies, mercredi, en abattant le tireur dans le hall d'honneur de l'édifice du Centre.

Le tireur, Michael Zehaf Bibeau, né en 1982, a été tué à quelques mètres de l'endroit où des centaines de députés étaient réunis pour leurs réunions hebdomadaires du caucus.

Dispositifs de sécurité

On s'explique encore mal comment il a pu s'introduire dans l'édifice, haut lieu canadien de la démocratie, en passant par les portes centrales situées sous la tour de la Paix.

La question était sur toutes les lèvres, jeudi: les dispositifs de sécurité sont-ils suffisants sur la colline du Parlement? Les réponses diffèrent d'un élu à l'autre.

Pour certains, dont Thomas Mulcair, il est entendu que le site doit demeurer celui du peuple.

Dans la foulée de ce second incident tragique en l'espace de quelques jours, M. Harper a indiqué qu'une initiative pour renforcer les pouvoirs de «surveillance, de détention et d'arrestation» du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) est attendue sous peu.

«Ils ont besoin d'être vraiment renforcés, et je vous assure, M. le président, que le travail - qui est déjà commencé - sera accéléré», a-t-il dit.

Le premier ministre a rencontré jeudi matin son cabinet au grand complet pour discuter de l'attaque de la veille.

Ils ont été mis au fait des développements par le conseiller en sécurité nationale, le commissaire de la GRC et le directeur du SCRS au sujet de la fusillade et de la situation de la sécurité au Canada.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer