François Hollande sera à l'Assemblée nationale le 4 novembre

Durant son séjour au Québec et au Canada,... (AFP)

Agrandir

Durant son séjour au Québec et au Canada, François Hollande, qui est un président mal en point en France, contesté au sein même de son parti, trouvera le moyen de ne déplaire à aucun groupe politique québécois, prévoient les observateurs.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À l'instar de Nicolas Sarkozy en 2008, le président français François Hollande s'adressera aux élus de l'Assemblée nationale lors de sa visite au Québec et au Canada.

Le premier ministre Philippe Couillard l'a souhaité afin «de conférer à cette visite officielle un éclat et une solennité à la hauteur de la circonstance». L'adresse de François Hollande à tous les parlementaires québécois se déroulera le mardi 4 novembre.

En octobre 2008, le président français d'alors, Nicolas Sarkozy, à la même tribune, avait dit aux élus québécois que la France entretient une relation d'«amitié» avec le Canada et de «fraternité» avec le Québec. «Je dirais que les Canadiens sont nos amis et les Québécois, notre famille», avait-il résumé.

Quelques heures plus tard, à l'extérieur du parlement québécois, il créait un incident, selon de nombreux souverainistes québécois, en plaidant en faveur d'un Canada uni. Il avait déclaré que le monde n'avait pas besoin d'une «division supplémentaire».

Marcher sur des oeufs

Nouvel épisode en octobre 2012 dans ce dossier qui agace les politiciens français depuis longtemps. Le successeur de Nicolas Sarkozy, François Hollande, avait cette fois rasséréné Pauline Marois, alors première ministre.

Le président français n'avait pas employé comme tels les mots «non-ingérence, non-indifférence» qu'elle était allée chercher à Paris. Mais le socialiste avait tout de même trouvé le moyen de reprendre la formule à son compte. «Ça fait 30 ans que cette formule existe. Elle a été portée par tous les gouvernements successivement. Cette formule prévaut encore aujourd'hui», avait-il dit.

François Hollande avait en quelque sorte effacé la «rupture» provoquée par son prédécesseur, se félicitait-on au Parti québécois.

Durant son séjour au Québec et au Canada, François Hollande, qui est un président mal en point en France, contesté au sein même de son parti, trouvera le moyen de ne déplaire à aucun groupe politique québécois, prévoient les observateurs.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer