Couillard garde le cap sur sa politique d'austérité

Philippe Couillard martèle de plus en plus le... (Le Nouvelliste, François Gervais)

Agrandir

Philippe Couillard martèle de plus en plus le message suivant: c'est en ne faisant rien ou en faisant le moins que l'on condamnera les programmes sociaux.

Le Nouvelliste, François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le «courage» consiste à ne pas reculer devant l'adversité, peu importe l'ampleur de la grogne, a jugé le premier ministre Philippe Couillard, samedi, devant quelque 600 militants libéraux réunis à Trois-Rivières.

Quelques centaines de syndiqués d'un peu partout au... (Le Nouvelliste, François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Quelques centaines de syndiqués d'un peu partout au Québec ont convergé samedi matin vers Trois-Rivières pour manifester bruyamment leur désaccord envers le projet de loi 3 sur les réformes des régimes de retraite des employés municipaux.

Le Nouvelliste, François Gervais

«On doit cesser de remettre à demain ce qui doit être fait aujourd'hui, a déclaré le chef libéral. Le changement véritable est toujours difficile. Mais nous garderons le cap.»

Philippe Couillard martèle de plus en plus le message suivant : c'est en ne faisant rien ou en faisant le moins que l'on condamnera les programmes sociaux.

Selon lui, «la véritable justice sociale est menacée si rien n'est fait».

Il reconnaît que «certains programmes devront être modulés», que «d'autres devront être éliminés».

Pour certains autres, a-t-il cependant ajouté, «il faudra augmenter les sommes qui leur sont allouées».

Les premières décisions découlant des commissions Robillard et Godbout tomberont d'ici la période de Noël. Les autres figureront dans le prochain budget de l'État du Québec, qui sera présenté au printemps.

Marc Ranger fulmine

M. Couillard a lancé ce message pendant que des centaines de syndiqués manifestaient à l'extérieur du centre des congrès contre le projet de loi 3 sur la réforme des régimes de retraite municipaux.

Le porte-parole de la Coalition pour la libre négociation, Marc Ranger, fulminait après avoir été mis au parfum du message du premier ministre.

«Je n'ai jamais été autant en cr..., a-t-il lancé. Il casse du sucre sur notre dos, mais il ne perd rien pour attendre. Qu'il profite de sa lune de miel parce qu'on l'attend au tournant.»

De nombreux policiers de la Sûreté du Québec, assistés de collègues municipaux de Trois-Rivières - qui incidemment portaient la casquette rouge en guise de protestation contre le projet de loi 3 -, avaient été mobilisés pour assurer la sécurité du conseil général. La manifestation, bien que bruyante, s'est déroulée pacifiquement.

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, soutient que la population est majoritairement derrière le gouvernement. «Elle souhaite que nous menions à bien les réformes, évalue-t-il. Ce qu'on me dit le plus souvent, c'est : "lâchez pas".»

La réunion des libéraux s'est déroulée sous d'extrêmes mesures de sécurité. Des dizaines de policiers ont assuré la surveillance des lieux.

Une des résolutions présentées par les militants proposait d'éliminer la prime à laquelle les médecins ont droit pour la prise en charge de «patients orphelins». La «prime Bolduc», chuchotaient certains dans les couloirs. Faute de temps, elle n'a pas été débattue. Avec La Presse Canadienne

Legault trop rapide, selon Couillard

François Legault devrait se garder de tout pronostic sur les résultats de la partielle de demain dans la circonscription de Lévis, estime Philippe Couillard. En entrevue au Soleil, le chef caquiste a prédit une déconfiture du Parti québécois. «Ce sont les électeurs qui auront le dernier mot. Faire des pronostics comme celui-là ne m'apparaît pas très utile», a répliqué le chef libéral, samedi. Dans le discours qu'il a livré à ses militants, M. Couillard a invité les électeurs de Lévis à «revenir s'asseoir au banc des joueurs» en votant pour la candidate libérale Janet Jones. La circonscription était détenue par le caquiste Christian Dubé jusqu'à ce qu'il démissionne en août. En clair, le chef libéral demande «aux citoyens de Lévis d'accorder leur confiance à Janet Jones afin qu'elle fasse partie de l'équipe du gouvernement».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer