L'Ebola avant l'État islamique, selon Barrette

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avant d'aller «faire la guerre à gauche, à droite», le Canada devrait envoyer des ressources humaines pour aider à endiguer l'Ebola, estime le ministre de la Santé Gaétan Barrette.

«Les chances que l'État islamique débarque au Québec dans six mois... Je pense que l'Ebola, si on ne le contrôle pas, il y a vraiment un risque réel», a commenté le ministre Barrette, mercredi matin, à l'entrée du Conseil des ministres. 

La communauté internationale n'en fait pas assez à son avis pour enrayer la propagation de cette maladie. «C'est un phénomène purement socioéconomique qui est contrôlable, a dit M. Barrette. [...] On peut envoyer des ressources humaines pour contrôler une éclosion de 1000 ou 2000 personnes, mais quand il y en aura 500 000, on fait quoi? Ces pays-là vont se mettre en quarantaine et d'autres problèmes vont venir après.»

Le ministre de la Santé comprend l'inquiétude du personnel soignant au Québec et admet que tous n'ont peut-être pas reçu la formation nécessaire. Cette formation est en train d'être dispensée et n'est pas très compliquée, indique-t-il. «Mais le risque n'est pas zéro, et je peux comprendre dans le monde d'aujourd'hui que les gens soient quand même inquiets», a déclaré le ministre Barrette. 

Deux leçons peuvent être tirées des deux cas d'Ebola au Texas, d'après lui. D'abord, que la maladie n'est pas «très contagieuse» puisque autrement, des centaines de cas auraient été constatés. Aussi, qu'il faut suivre scrupuleusement le protocole, ce qui n'a pas été le cas au Texas. Les patients doivent mentionner s'ils ont voyagé dans des pays touchés, et le personnel doit aussi poser la question aux malades. 

«Si moi, j'arrivais dans une urgence et qu'on ne me demandait pas si j'ai été en contact ou en voyage, je réprimanderais les gens, a lancé M. Barrette. Comme ministre de la Santé, personne ne peut prévoir que je ne serais pas allé dans un groupe communautaire africain dans l'est de Montréal.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer