PQ: Lisée irrite son caucus

Jean-François Lisée, député péquiste de Rosemont... (LA PRESSE CANADIENNE, JACQUES BOISSINOT)

Agrandir

Jean-François Lisée, député péquiste de Rosemont

LA PRESSE CANADIENNE, JACQUES BOISSINOT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les sorties publiques de Jean-François Lisée sur la situation de Pierre Karl Péladeau et son désaccord avec la charte des valeurs ont grandement déplu à ses collègues du caucus.

Certains ont exprimé derrière les portes du caucus leur insatisfaction quant aux déclarations de M. Lisée qui ont fait «en sorte que le projecteur se braque un peu trop souvent sur nous autres», nous a-t-on confié, jeudi.

Le député de Rosemont a lui-même allumé la mèche de la «bombe à retardement» - selon son expression - du cas de M. Péladeau et de son contrôle de l'empire médiatique Québecor, la semaine dernière. Une déclaration qui a presque éclipsé l'ensemble de la Conférence nationale des présidents et des présidentes du Parti québécois (PQ) à Sherbrooke, au cours de la fin de semaine.

Depuis, une déferlante secoue le PQ et le favori pour remporter sa chefferie. Les libéraux, les caquistes et les solidaires ont à l'unisson forcé la création d'une commission parlementaire pour se pencher sur la possibilité de concilier une vie de politicien et de propriétaire de presse.

Un peu comme si M. Lisée avait «donné à tout le monde une clé pour rentrer chez nous», illustre une source.

Puis, la fuite médiatique d'un chapitre de son livre à venir, qui révèle l'intention qu'il avait de démissionner si la charte des valeurs avait été adoptée sans modification, a aussi irrité des députés. Il a été demandé à ce que M. Lisée permette au caucus de prendre connaissance du livre avant qu'il ne soit publié.

«Quelqu'un ferait une sortie comme celle-là et on s'en souviendrait pendant toute sa carrière, illustre une source. Là, il en fait deux dans la même semaine...»

«Discussions confidentielles»

Jeudi, M. Lisée n'a pas voulu s'entretenir avec Le Soleil des critiques émises par ses collègues. «Les discussions du caucus sont confidentielles, heureusement», s'est limité à faire savoir le député de Rosemont.

Premier à appuyer publiquement M. Péladeau pour la chefferie, le député de Matane, Pascal Bérubé, a nié au Soleil avoir été de ceux qui ont manifesté leur irritation face à M. Lisée au caucus.

Le chef intérimaire du PQ, Stéphane Bédard, s'est limité à dire que l'aile parlementaire péquiste est «un groupe uni, une belle équipe».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer