Gaétan Barrette compare Pierre Karl Péladeau à Berlusconi

L'auteur soutient que les réformes proposées par le... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'auteur soutient que les réformes proposées par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, nuiront aux patients et auront pour impact de démobiliser le personnel.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) La journée de jeudi à l'Assemblée nationale a débuté par une nouvelle sortie contre Pierre Karl Péladeau dont la situation a été comparée à celle du président déchu italien Silvio Berlusconi par le ministre Gaétan Barrette.

À son arrivée au caucus des députés libéraux, M. Barrette a avancé que «le lien est évident, c'est clair. L'histoire de Silvio Berlusconi est un magnifique exemple de choses à ne pas faire», a-t-il affirmé au sujet de l'ex-politicien italien qui s'était servi de son puissant groupe de communications comme moteur pour sa carrière politique.

Le ministre de la Santé a établi qu'il ne fait cependant aucun parallèle avec le comportement sulfureux avec le «Cavaliere». «Il n'y a pas de comparaison possible [avec Berlusconi], mais il n'en reste pas moins que, sur le principe de l'influence des médias, bien oui, c'est comparable.»

Ses propos lui ont valu les foudres de ses adversaires politiques. À commencer par le principal intéressé. Le député péquiste Pierre Karl Péladeau a exigé des excuses «sans délai» du ministre. M. Barrette ne s'est pas exécuté et, pour l'instant, aucune menace de poursuite n'est lancée.

«En me comparant à Silvio Berlusconi, ou en laissant entendre tout rapprochement avec ce personnage, le ministre Gaétan Barrette commet, en plus d'une faute, une injure à la fonction parlementaire», a écrit M. Péladeau sur sa page Facebook.

«Il m'a associé de façon volontaire à Silvio Berlusconi, qui a été condamné dans son pays, l'Italie, pour fraude fiscale, en plus d'avoir fait face à des poursuites judiciaires en matière de moeurs et de malversations. Un tel rapprochement ne peut qu'être fait pour atteindre à ma réputation.»

Le chef par intérim du PQ Stéphane Bédard a vu dans les mots de M. Barrette le fin fond de l'histoire derrière la résolution visant à interdire à tout député et à sa famille de détenir une position de contrôle dans un média. «C'est le fond de l'attaque caquiste et libérale» soit «tenter de barrer la route» à un député populaire, élu démocratiquement. «Quant à Berlusconi... M. Barrette devrait mettre toute son énergie à se contrôler et à respecter les gens.»

Le chef de la Coalition avenir Québec a aussi décrié le ministre de la Santé. «C'est la troisième fois que M. Barrette fait une gaffe», a commenté François Legault. «Comparer Péladeau à Berlusconi, c'est complètement inapproprié. Je trouve très malheureux que les libéraux amènent le dossier aussi bas.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer