Les soldats de Valcartier pourraient lutter contre l'EI

Les partis de l'opposition mettent en doute l'efficacité... (AFP, Aris Messinis)

Agrandir

Les partis de l'opposition mettent en doute l'efficacité des frappes aériennes, comme celles qui ont eu lieu mercredi, en Syrie, dans les environs de Kobané. Ces frappes n'ont pas été suffisantes pour arrêter la progression des djihadistes dans cette région.

AFP, Aris Messinis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Matthieu Boivin, Joël-Denis Bellavance (La Presse)
Le Soleil

Le bureau du ministre de la Défense Bob Nicholson n'exclut pas la possibilité que des soldats provenant des bases militaires de Valcartier et de Bagotville se joignent aux troupes qui seront déployées au Moyen-Orient afin de lutter contre l'État islamique.

En entrevue avec Le Soleil, mercredi soir, l'attachée de presse du ministre, Johanna Quinney, a expliqué que la composition finale des troupes qui participeront à cette mission n'est toujours pas connue. «Quand l'armée aura choisi l'identité des troupes qui seront de la mission, il pourrait y avoir des soldats provenant de bases de partout au Canada, a-t-elle affirmé. Certains pourraient provenir de Bagotville et même de Valcartier. Mais pour le moment, aucune décision finale n'a été prise en ce sens.» 

Présentement, il n'est pas question que des chasseurs CF-18 basés à Bagotville se joignent à la coalition qui luttera contre l'État islamique, ajoute Mme Quinney.

La Chambre des communes a entériné mardi par un vote de 157 à 134 la participation du Canada aux frappes aériennes, la Maison-Blanche a exprimé sa satisfaction de voir son voisin du nord mettre six avions-chasse CF-18, deux avions de reconnaissance et un avion de ravitaillement au service de la coalition.

Le Canada enverra aussi 600 soldats et membres du personnel afin de mener à bien cette mission de combat d'une durée de six mois.

Aux Communes, hier, le premier ministre Stephen Harper a confirmé que les six avions de chasse CF-18 partiront de la base militaire de Cold Lake, en Alberta, tandis que les deux avions de surveillance seront réquisitionnés de la base de Greenwood, en Nouvelle-Écosse, et l'avion de ravitaillement partira de la base de Trenton, en Ontario. Il n'a pas voulu préciser dans quel pays de la région les troupes canadiennes seront stationnées pour la durée de la mission, mais certains médias ont affirmé qu'elles effectueront leur mission à partir du Koweït. Les avions de chasse pourraient effectuer leurs premières sorties d'ici trois semaines.

Washington ravie

Alors que les partis de l'opposition continuent à mettre en doute la stratégie des frappes aériennes contre des cibles du groupe armé État islamique (EI), l'administration Obama salue la décision du Canada de se joindre à la coalition internationale assemblée pour anéantir cette organisation terroriste.

«Les États-Unis saluent la décision du gouvernement canadien de déployer des avions de chasse, des avions de surveillance et de ravitaillement pour participer à la campagne pour réduire et détruire l'EI en Irak. Nous sommes aussi reconnaissants du déploiement de troupes canadiennes en Irak pour conseiller et aider les troupes irakiennes ainsi que la poursuite de l'aide humanitaire», a affirmé Josh Earnest, porte-parole de la Maison-Blanche.

«Avec cette contribution, le Canada démontre encore une fois son leadership et sa détermination à s'attaquer aux défis urgents et sérieux en matière de sécurité qui menacent le Canada, sa population, et la sécurité internationale en général. Nous sommes donc reconnaissants de cette nouvelle contribution du Canada à la lutte au terrorisme», a ajouté le porte-parole.

Harper défend la mission

M. Harper a de nouveau défendu la justesse de cette nouvelle mission de combat confiée aux membres des Forces canadiennes, soulignant que la communauté internationale doit tout mettre en oeuvre pour stopper la progression fulgurante des djihadistes de l'EI, qui occupent le nord de l'Irak, l'est de la Syrie et s'approchent dangereusement de la frontière turco-syrienne.

«Nous sommes dans une mission militaire contre l'État islamique et il est important, à notre avis, que cette organisation terroriste n'ait pas de refuge sécuritaire dans la région», a déclaré M. Harper.

Pour sa part, le ministre du Développement international, Christian Paradis, a invoqué une autre raison pour justifier les frappes aériennes hier. Selon lui, ces frappes en Irak permettront d'élargir des corridors humanitaires pour livrer de l'aide aux réfugiés qui tentent d'échapper aux exactions de l'EI.

«Il y a des corridors humanitaires qui doivent être faits. Pour être capable d'atteindre les gens encore dans des milieux plus difficiles, ça prend cette mission-là», a-t-il affirmé à son arrivée à la réunion hebdomadaire du caucus conservateur.

Mais deux anciens militaires consultés par La Presse Canadienne ont réfuté les déclarations de M. Paradis. «C'est bizarre. Ce n'est pas comme ça que ça marche», s'est étonné le major général à la retraite Lewis MacKenzie.

L'ancien commandant des forces de maintien de la paix des Nations unies en Bosnie a lui-même dû ouvrir des corridors humanitaires. Il a affirmé que c'est fait à coups de combats au sol ou de négociations. «Les corridors humanitaires ne peuvent pas être ouverts des airs», a-t-il dit.

Partager

À lire aussi

  • Le Canada s'engage militairement contre l'État islamique

    Politique

    Le Canada s'engage militairement contre l'État islamique

    Le Canada est officiellement engagé dans la lutte militaire contre le groupe armé État islamique (ÉI). La mission de combat souhaitée par le... »

  • Couillard appuie l'intervention militaire contre l'EI

    Politique

    Couillard appuie l'intervention militaire contre l'EI

    Le groupe djihadiste État islamique représente une réelle menace pour le monde, y compris pour le Québec et le Canada, affirme le premier ministre... »

  • Pierre Asselin | L'engrenage de la guerre

    Éditoriaux

    L'engrenage de la guerre

    Vendredi peut-être, ou au début de la semaine prochaine, le premier ministre Stephen Harper annoncera que le Canada participera à la guerre engagée... »

  • Élisabeth Fleury | La nouvelle guerre

    Éditoriaux

    La nouvelle guerre

    Barack Obama a finalement décidé d'engager les États-Unis dans une vaste campagne militaire visant à «affaiblir et à détruire» les terroristes de... »

  • Pierre Asselin | La foi qui rend fou

    Éditoriaux

    La foi qui rend fou

    Tant que l'horreur est invisible, on peut faire comme si elle n'existait pas. Quand on nous plonge le nez dedans, c'est une autre histoire. Les... »

  • Jean-Simon Gagné | Qui arrêtera ces méchants barbus?

    Chroniqueurs

    Qui arrêtera ces méchants barbus?

    Les djihadistes, c'est comme la lessive. Il paraît que chaque nouvelle version lave plus blanc, plus férocement. »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer