Un chef à la mi-mai, sans «primaires ouvertes»

Le député Alexandre Cloutier avait mis de l'avant... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le député Alexandre Cloutier avait mis de l'avant la formule des «primaires ouvertes», cet été.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Sherbrooke) Le Parti québécois retrouvera un chef à la mi-mai. Les résultats d'un premier tour de scrutin seront dévoilés le 15 mai. Si nécessaire, un second tour aura lieu, le 22 mai. Seuls les membres en règle du PQ auront le droit de vote.

En congrès à Sherbrooke, les présidents d'associations et de comités de la formation politique ont arrêté ces règles pour désigner la personne qui succédera à Pauline Marois à la tête du PQ.

En huis clos, les participants à la Conférence nationale des présidents et présidentes du Parti québécois ont statué que la course à la chefferie durera sept mois.

Le PQ compte environ 90 000 membres. Par Internet ou par téléphone, ils déposeront leur bulletin de vote entre le 13 et le 15 mai. Si aucun candidat n'émerge avec une majorité absolue - 50 %, plus un suffrage -, une seconde ronde de scrutin se tiendra, du 20 au 22 mai.

En décrétant cette disposition, les membres de la Conférence semblent tenir pour acquis qu'il y aura course. Pour le moment, six élus, MM. Pierre Karl Péladeau, Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée, Bernard Drainville et Nicolas Marceau, de même que Martine Ouellet réfléchissent à la possibilité de tenter leur chance. Personne ne s'est déclaré encore.

dépenses électorales

Les délégués ont statué sur ce qu'il en coûtera pour se placer sur la ligne de départ de la course. Un candidat devra allonger 10 000 $ pour en faire partie. Il devra débourser un autre montant de 10 000 $ avant le dévoilement du score au premier tour. Si une seconde ronde est nécessaire, les deux participants restants devront verser au PQ 5000 $.

Disposition plus névralgique encore, les péquistes ont fixé à 400 000 $ le plafond de dépenses électorales. C'est 100 000 $ de plus que la proposition présentée par l'exécutif du PQ. Les délégués en ont convenu parce que la course durera un mois de plus que ce qui avait été planifié au départ.

Pierre Karl Péladeau, à la tête d'un empire qui vaut plusieurs centaines de millions de dollars, s'est dit dans l'impossibilité de dire si c'est suffisant pour une longue campagne. «Honnêtement, je ne peux pas vous le dire. Je n'ai pas d'expérience, à cet égard.» 

Vote aux membres

Plus tôt dans la journée, les délégués ont rejeté la résolution sur les «primaires ouvertes». Elle aurait permis à tous les partisans de la souveraineté de voter pour désigner le leader qui tiendra la barre du PQ.

Le député Alexandre Cloutier avait mis de l'avant la formule des «primaires ouvertes», cet été. La proposition, que soutenait aussi Jean-François Lisée, a été défaite décisivement, rapporte-t-on.

La période de mise en candidature débute le 14 octobre, pour se clore à la mi-janvier. Dans les semaines suivantes, cet hiver, le PQ tient aussi un congrès pour revoir ses orientations. Raymond Archambault s'est défendu que cette révision constituera une camisole de force pour le futur meneur. «Nous ne taillons pas les habits du chef.»  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer