Une commission Charbonneau permanente, plaide Moreau

Pierre Moreau est de nouveau parvenu à imposer... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Pierre Moreau est de nouveau parvenu à imposer un sujet de conversation, dimanche, au débat des aspirants chefs du PLQ.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partager

(Québec) Pierre Moreau est à nouveau parvenu à imposer un sujet de conversation, dimanche, au débat des aspirants chefs du PLQ, avec l'idée de rendre la commission Charbonneau permanente.

Les enjeux de gouvernance, d'éthique et de fédéralisme étaient abordés, à la salle Sylvain-Lelièvre du Cégep Limoilou, à l'occasion du débat thématique Comment mieux gouverner?, deuxième de cinq confrontations avant l'élection d'un nouveau chef, le 17 mars.

Autant M. Moreau que Philippe Couillard et Raymond Bachand promettent de laver plus blanc que blanc s'ils prennent les rênes du Parti libéral du Québec (PLQ). Et se réclament d'une feuille de route irréprochable sur le plan de l'éthique. Tous y vont de leurs propositions pour rétablir la confiance des citoyens envers leurs politiciens et leurs institutions.

Après sa réflexion controversée sur la pertinence de maintenir les cégeps au Québec, la semaine dernière, M. Moreau s'est fait remarquer dimanche en suggérant de faire de la commission Charbonneau une structure permanente.

Tant qu'à remettre sur pied une enquête publique de façon périodique, mieux vaudrait conserver celle déjà en place, juge-t-il. Lorsque les policiers ne parviendraient pas à amasser suffisamment de preuves pour justifier des accusations criminelles, les informations recueillies pourraient servir à démontrer des «stratagèmes» à la commission permanente.

«On aurait un aspect de vigilance constante pour faire en sorte qu'on n'ait pas à recommencer dans 5 ou 10 ans», affirme M. Moreau, vu comme le négligé de la course. Une suggestion «intéressante», selon M. Couillard, qui juge par ailleurs que le gouvernement a trop tardé à mettre sur pied la commission Charbonneau. Pour M. Bachand, cette proposition est «très prématurée». «Le plus important, ce sont les policiers, dit-il. Laissons-les travailler.» Les audiences de la commission reprennent aujourd'hui.

M. Moreau propose aussi une meilleure protection des dénonciateurs (whistle blower) et une déclaration des intérêts financiers des entrepreneurs qui font des affaires avec le gouvernement. Il demanderait également à ce que la Sûreté du Québec (SQ) enquête sur chacun des 125 candidats libéraux à chacune des élections.

«Gouvernement ouvert»

Pour sa part, Philippe Couillard, que les sondages placent en tête de peloton, plaide pour un «gouvernement ouvert» qui fait preuve de plus de transparence, notamment en diffusant l'état d'avancement des différents contrats publics sur Internet. Il souhaite accroître l'indépendance de la fonction publique et que les députés puissent interroger en commission parlementaire les personnes nommées à des postes clés de l'État québécois. Il veut aussi réduire la bureaucratie gouvernementale en s'inspirant de ce qui s'est fait de mieux à l'étranger.

De son côté, Raymond Bachand a insisté entre autres sur l'instauration d'un code d'éthique au PLQ. Il dit d'ailleurs avoir refusé deux organisateurs sur les conseils du député Guy Ouellet, ex-policier. Pour lutter contre la corruption, il suggère un système de rotation des inspecteurs et des vérificateurs internes entre les municipalités et de lutter contre les effets pervers de la règle du plus bas soumissionnaire.

Fédéralisme

D'entrée de jeu, M. Bachand s'est lancé dans une profession de foi fédéraliste, lui qui doit composer avec son passé souverainiste. Non seulement le Québec s'est bien développé à l'intérieur du Canada, mais il y a des défis économiques plus urgents qu'une nouvelle ronde de négociations constitutionnelles, estime-t-il.

M. Couillard est le plus enclin à reprendre des pourparlers avec le ROC. Les Québécois pourraient mieux définir ce qu'ils considèrent être leur caractère spécifique et le faire reconnaître, croit-il.

Quelques petits coups d'épaule pendant le débat de dimanche. M. Bachand qui reproche à M. Couillard de vouloir laisser partir des sièges sociaux, M. Moreau qui glisse que M. Couillard lui emprunte des idées et qui insiste sur sa loyauté fédéraliste irréprochable par rapport à celle de M. Bachand.

Il y avait quelques sièges libres au parterre de la salle Sylvain-Lelièvre, dimanche, et le balcon était presque complètement désert. Certaines sections étaient réservées aux partisans de l'une ou l'autre des trois équipes en présence. Les supporteurs de M. Moreau étaient particulièrement visibles avec leur t-shirt vert fluo. Le PLQ soutient que son dernier débat a été visionné par quelque 4100 personnes sur son site Internet.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer