Facture des manifs étudiantes à Québec: la Ville doit sortir ses preuves

Le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron

Photothèque Le Soleil

Partager

(Québec) La Ville de Québec devra faire la démonstration que sa police a tenu des opérations qui dépassent son niveau de responsabilité lors des manifestations étudiantes du printemps dernier si elle veut obtenir le million de dollars qu'elle réclame au gouvernement du Québec.

Le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, entérine la décision de son ministère de ne pas verser un sou à Québec pour éponger le million de dollars payé en heures supplémentaires aux policiers lors du «printemps érable». Gatineau, Sherbrooke et Longueuil ont aussi reçu une fin de non-recevoir. Ensemble, ces trois autres villes réclamaient plus de 1,5 million$.

«La décision a été prise à la suite d'une analyse très technique sur la base de critères objectifs. Chaque corps de police doit offrir un certain niveau de service. En aucun moment [lors de la grève étudiante], il n'y a eu des interventions de niveau supérieur aux services que doivent rendre ces villes. Il y a une responsabilité minimale en matière de contrôle de foule et de maintien de l'ordre. Ce n'est pas le gouvernement qui doit assumer ce temps supplémentaire», soutient-il.

Une seconde demande

Plusieurs soulèvent l'iniquité entre Montréal, qui a reçu 15 millions$, et les autres villes, qui ne reçoivent rien. À ce sujet, le ministre précise que la demande de la métropole a été traitée comme les autres.

«Dans le cas de Montréal, ce n'est pas le temps supplémentaire qu'on a payé, c'est des enquêtes d'envergure et des outils d'enquête d'exception. Les manifestations ont mis à mal l'économie de quartiers entiers. Il fallait aussi éviter les perturbations économiques liées à la présentation des grands événements», expose M. Bergeron, reprenant les arguments de la lettre envoyée aux villes pour expliquer le refus de payer.

Le ministre fait aussi état des rumeurs voulant que le service de police de la Ville de Montréal fasse parvenir une seconde facture de quelque 10 millions$ en lien avec les manifestations. «Nous avons déjà indiqué au chef de police que l'analyse de cette seconde facture se fera comme celle faite pour les autres villes. Au moment où je lui ai parlé, elle était en préparation. Il faut maintenant voir s'il va nous la faire parvenir.»

M. Bergeron sait que le maire Régis Labeaume fera part de ses doléances à la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, et au ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, lors d'une rencontre qui était déjà prévue la semaine prochaine sur d'autres sujets. «Je l'invite à communiquer avec moi», conclut-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer