Harper va rencontrer les Premières Nations vendredi prochain

Des gens ont manifesté leur appui à la... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Des gens ont manifesté leur appui à la chef autochtone Theresa Spence à l'extérieur d'une usine d'automobiles d'Oakville, où le premier ministre Stephen Harper faisait une annonce, vendredi.

La Presse Canadienne

Partager

La Presse Canadienne
Ottawa

Le premier ministre Stephen Harper a finalement accepté de rencontrer des dirigeants des Premières Nations lors d'une réunion de travail qui aura lieu vendredi prochain.

Il a fait connaître sa position au 25e jour de la grève de la faim de la chef autochtone de la communauté pauvre d'Attawapiskat, Theresa Spence, qui campe sur l'Île Victoria, à Ottawa.

Celle-ci réclame depuis le début une rencontre avec le premier ministre et avec le gouverneur général afin de résoudre de nombreux problèmes qui affectent les communautés autochtones et qui n'ont selon elle jamais l'attention qu'ils méritent.

Cette rencontre est annoncée alors que le mouvement national de protestation autochtone «Idle no more» a pris de l'ampleur, notamment avec de multiples manifestations et même un blocus de lignes ferroviaires.

M. Harper a fait savoir que la réunion de travail sera axée sur deux domaines découlant de la rencontre du 24 janvier 2012: les relations fondées sur les traités et les droits des peuples autochtones, ainsi que le développement économique. Le ministre des Affaires autochtones, John Duncan, sera aussi présent.

«Le gouvernement du Canada et les Premières Nations entretiennent des relations durables fondées sur le respect mutuel, l'amitié et le soutien. Le gouvernement du Canada est résolu à renforcer ces relations», a indiqué Stephen Harper dans un communiqué de presse.

L'Assemblée des Premières Nations avait demandé une rencontre le 24 janvier, pour marquer le premier anniversaire de la rencontre historique entre la Couronne et les Premières Nations.

Mais la chef Spence avait fait savoir que cette date était trop tard pour elle, car elle ne pourrait tenir jusqu'à la fin janvier. Elle exigeait une rencontre dans les prochaines 72 heures.

Il n'est toutefois pas précisé dans le communiqué de presse du bureau de Stephen Harper s'il va rencontrer Theresa Spence. Le bureau du premier ministre a indiqué par la suite que c'est l'Assemblée des Premières Nations qui décidera qui assistera à la réunion de travail. Il n'a par ailleurs aucune objection à y voir Mme Spence, a indiqué un porte-parole du bureau de M. Harper.

Plusieurs chefs autochtones, présents lors d'un point de presse organisé avec le Nouveau Parti démocratique (NPD) qui a débuté quelques minutes après l'envoi du communiqué du premier ministre, ont bien accueilli, bien qu'avec prudence, l'annonce du gouvernement.

L'an dernier, ils avaient déploré que la rencontre historique n'avait rien accompli de concret et qu'aucun suivi ne semblait être donné.

Le Grand Chef Stan Loutit, a toutefois exprimé que selon lui, le geste de Stephen Harper «sauve la vie de Theresa Spence».

Mme Spence n'a toutefois pas l'intention de mettre un terme à sa grève de la faim avant la tenue de la rencontre, a fait savoir son porte-parole Danny Metatawabin. Elle va par ailleurs demeurer jusque-là sur l'Île Victoria.

Le gouvernement n'a par contre pas respecté l'ultimatum de 72 heures décrété par la chef Spence.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer