Camil Samson: ci-gît le parti politique du monde rural

Les envolées de Camil Samson ont fait les... (Photo archives Le Soleil)

Agrandir

Les envolées de Camil Samson ont fait les délices des médias, mais trop souvent, ils ont négligé de dire à quel point le politicien parlait la langue du peuple, estime l'ex-député libéral Yvon Vallières, qui l'a côtoyé au Parlement.

Photo archives Le Soleil

Partager

(Québec) Avec le décès de l'ex-député créditiste Camil Samson, mardi, le Québec enterre aussi le dernier mouvement politique s'appuyant sur le monde rural.

 

 

C'est en avril 1970 que le Ralliement créditiste du Québec fait son entrée à l'Assemblée nationale. La formation fait élire 12 des siens, dont Camil Samson, dans Rouyn-Noranda, qui en était devenu le chef à peine un mois plus tôt.

L'essentiel de la députation est loin de l'Abitibi. La plupart de ses élus se situent dans la très grande région de la Rive-Sud de Québec. Caprice de la carte électorale, si le Parti québécois, naissant lui aussi, n'obtient que 7 sièges avec 23 % des voix, les créditistes en récoltent 12 avec 11 % des suffrages.

Pour le politologue Réjean Pelletier, de l'Université Laval, ce scrutin apparaît comme le dernier où le vote rural compte de façon décisive. Il y inclut le résultat de l'Union nationale.

Succès du Crédit social

Cette année-là, le parti de feu Maurice Duplessis s'attire moins de 20% des voix, mais hérite de 17 des 108 circonscriptions. Quatre ans plus tôt, les mêmes unionistes avaient formé un gouvernement majoritaire, même en ayant beaucoup moins de votes (6,5% de moins) que les libéraux...

Pour l'universitaire, comme pour tous nos interlocuteurs, le Ralliement créditiste n'est surtout pas le fruit d'une génération spontanée. Il est adossé aux succès du Crédit social de Réal Caouette, à Ottawa, dont le fait d'armes est l'élection de 22 députés au Parlement canadien, en 1962.

Joint à son domicile, à Saint-Georges de Beauce, l'ex-député créditiste (1973) Fabien Roy proteste contre l'étiquette de parti rural, accolée à la formation qu'il a représentée de 1973 à 1979. «Prenez Québec [où Armand Bois est élu dans une circonscription qui a depuis disparu, Saint-Sauveur], c'est pas rural!» Mais lorsque M. Roy décrit ceux que le Ralliement défendait, il parle «de cultivateurs, de travailleurs agricoles, de travailleurs forestiers».

Dans les décennies 60 et 70, estime Réjean Pelletier, les créditistes seront de «l'opposition aux grands changements sociaux» qui secouent le Québec de la Révolution tranquille. De là, les thèmes axés sur le conservatisme fiscal et la sauvegarde de «nos bonnes traditions, comme le crucifix dans nos écoles».

Le vétéran de l'Assemblée nationale et député péquiste François Gendron se souvient de ce créditiste typique, «ardent défenseur» des «réalités de l'époque», que ce soient les «valeurs de droite», le français ou le nationalisme «à sa manière», la «ruralité ou le journal Vers demain, qui est très à droite».

Un autre député qui a siégé dans le même Parlement à Québec, en 1973, le libéral Yvon Vallières, constate «qu'avec lui s'éteint complètement le Crédit social. C'était un courant d'opinion important, surtout auprès des ruraux». Le Ralliement créditiste «s'est estompé avec la disparition de Camil Samson» de la carte politique de l'Assemblée nationale.

Partis avec l'urbanisation

Dans ces décennies de 60 et de 70, reprend le professeur en sciences politiques Pelletier, «les villes se sont de plus en plus développées». L'urbanisation «n'est pas un milieu où les unionistes et les créditistes ont beaucoup de force et les deux ont disparu ensemble et en même temps».

L'élection de la douzaine de créditistes, en 1970, constitue un exploit qui n'aura pas duré. En 1973, ils n'étaient que deux; en 1976, M. Samson était seul.

Si les créditistes revenaient en scène, ce serait probablement dans le giron de la Coalition avenir Québec. La formation de François Legault a notamment ses marques dans d'anciennes terres créditistes, comme sur la Rive-Sud de Québec, fait remarquer Réjean Pelletier. Et une certaine communauté d'esprit les relie, en matière de conservatisme fiscal et de place de l'État. L'ex-député de Beauce Fabien Roy concède un faible pour l'approche caquiste. Il vante son ancien parti «d'avoir été le premier à dénoncer l'endettement public [thème que décline la Coalition avenir Québec (CAQ)]. La preuve [du bien-fondé de la critique]? lance-t-il. Regardez, avec le surendettement, on nous compare à la Grèce et l'Espagne».

Clin d'oeil du hasard? Le vieux routier du Parti québécois François Gendron nous a pointé le siège qu'occupe à l'Assemblée nationale le député-vedette de la CAQ, Jacques Duchesneau. Le représentant de Saint-Jérôme s'assoit dans le fauteuil qu'occupait Camil Samson, en 1976.

Quelques perles de Camil Samson

Sur l'enseignement religieux (catholique) :

«De plus en plus, on sort le Bon Dieu des écoles dans la province de Québec pour faire entrer des petits professeurs barbus, des gars qui sont des athées dans la plupart des cas.»

Sur l'endettement :

«Si ça continue, non seulement on va venir au monde sur la finance, aller à l'école sur la finance, nous faire instruire sur la finance, se marier sur la finance, s'acheter une maison sur la finance, mais vous rencontrerez des entrepreneurs de pompes funèbres qui, à l'heure où vous serez prêts de mourir, vous diront : "Mon vieux, meurs tout de suite et paye plus tard!"»

Sur la question («truquée et malhonnête», a-t-il dit) du référendum de 1980 :

«Ça me faisait penser aux trappes à souris que j'étendais quand j'étais p'tit gars. Quand on ne faisait qu'ouvrir la trappe, pas une souris ne se "pognait". Mais on mettait du fromage dessus et on les "pognait" toutes. Eux autres, ils ont ouvert la trappe à souris et ils ont mis du fromage dessus dans l'espoir qu'on ne voit que le fromage. Mais on la voit, nous autres, la trappe à souris et on va dire : non.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer