Maka Kotto défend la coûteuse réunion de ses délégués

Le ministre de la Culture et des Communications... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le ministre de la Culture et des Communications Maka Kotto

Photothèque La Presse

Partager

(Québec) Le ministre de la Culture et des Communications Maka Kotto se dit victime d'une campagne de désinformation.

Mercredi matin, avant de participer à la réunion hebdomadaire du cabinet de Pauline Marois, le député-ministre de Bourget y est allé de ce commentaire pour défendre sa décision d'avoir convoqué récemment à Montréal les 22 conseillers de son ministère à l'étranger.

«On part sur une base de désinformation», a-t-il commenté lorsque appelé à commenter l'information voulant que l'opération ait coûté 64 000 $. «Ce ne sont pas les chiffres que nous avons à notre connaissance. C'est autour de 39 000 $.»

Cette somme exclut cependant les frais pour le transport par avion de ces ambassadeurs de la culture québécoise. Cette facture est assumée par le ministère des Relations internationales. «Je ne vois pas où est la controverse, a avancé Maka Kotto, en impromptu de presse. Le mandat que m'a confié Mme [Pauline] Marois était de voir au soutien de la création et au rayonnement de la culture québécoise.

«Les 22 conseillers à l'international n'étaient pas revenus au Québec depuis quatre ans. Il est anormal que des agents de promotion de notre culture ne soient pas en contact avec la matière première de ce qui se fait ici, notamment au niveau de la relève.»

«Investissement justifié»

Pour le ministre, il ne faut pas voir dans les déplacements, une «dépense», mais un «investissement justifié». Il a nié que la rencontre se soit tenue sans véritable justification, comme le mentionnait l'article.

Il a fait remarquer que c'est par un témoignage anonyme qu'est née la controverse. «Un seul sur 22, a-t-il spéculé. Je trouve un peu suspect les motivations de cette sortie, je dirais, méprisante pour la culture et les artistes.» En s'appuyant sur des propos anonymes, a-t-il repris, «est-ce ma tête qu'on cherche à avoir? Je le dis en souriant. Je ne sais pas».

Le ministre Kotto s'est malgré tout fait rappeler à l'ordre par le vice-premier ministre, François Gendron, mercredi. Doyen de l'Assemblée nationale, M. Gendron a rappelé à son collègue l'importance, pour les membres du cabinet, de bien gérer les fonds publics.

En point de presse, M. Gendron a laissé entendre que lui-même n'aurait pas pris la même décision. Placé dans la même situation, «je suis ce que je suis et j'aurais été très attentif au bon usage des fonds publics», a-t-il laissé tomber.

Avec La Presse Canadienne

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer