Le Vérificateur doit revérifier les projets informatiques gouvernementaux, selon la CAQ

François Legault et le député de Lévis Christian... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

François Legault et le député de Lévis Christian Dubé

Archives La Presse Canadienne

Partager

(Québec) Le Vérificateur général (VG) doit remettre son nez dans les projets informatiques gouvernementaux dont certaines dérives pourraient handicaper les services aux citoyens, exhorte le député caquiste Christian Dubé.

«Il y a tellement de brume autour de tout ça qu'il faut absolument faire la lumière», s'inquiète le député de Lévis au sujet des centaines de millions de dollars dépensés chaque année en ressources informationnelles.

Depuis deux mois, M. Dubé, qui a eu la responsabilité de changements informatiques dans le secteur privé, notamment chez Cascades, s'intéresse à un constat accablant du VG dans son rapport de 2011 : les deux tiers des projets examinés ne respectaient pas leur coût, leur échéancier ou leur portée.

Dans la foulée, l'ex-présidente du Conseil du trésor Michelle Courchesne a mis en ligne cet été un «tableau de bord» pour suivre l'évolution et l'état de santé des projets informatiques. Or, à la lumière d'une compilation réalisée par la Coalition avenir Québec (CAQ), M. Dubé s'interroge sur la transparence réelle dudit tableau.

Selon ses observations, seulement 1,1 milliard $ en projets y apparaissent, alors que le Vérificateur s'était penché l'an dernier sur des projets totalisant 3,2 milliards $.

«J'aimerais bien que quelqu'un me fasse la réconciliation entre le 1 milliard $ et le 3 milliards $, poursuit M. Dubé. Il y a beaucoup d'argent là. [...] Est-ce qu'on cherche à cacher la mauvaise gouvernance de certains projets?»

Règle générale, après trois ans, le Vérificateur peut aller mesurer les progrès effectués à la suite de ses recommandations. Mais il faut le mandater dès maintenant pour s'assurer que ses recommandations de 2011 ont été suivies, estime M. Dubé. Le député a rencontré en privé le vérificateur général. «Il m'a dit qu'il est normal pour lui de faire un mandat spécial, rapporte M. Dubé. [...] Il m'a dit : "Ça, c'est tellement gros qu'on va prendre le temps, on va tasser des choses pour aller voir." Ça m'encourage.»

Le député caquiste craint que l'on cherche à dissimuler les dérapages financiers de certains projets à travers les enveloppes consacrées aux services aux citoyens.

Nomination qui «inquiète»

Autre point de préoccupation pour le député, la nomination d'un nouveau dirigeant principal de l'information (DPI) par le gouvernement de Pauline Marois. Le nouveau responsable, Jean-Marie Lévesque, était jusqu'alors à la direction du traitement et des technologies de l'Agence du revenu du Québec (ARQ). Le rapport 2012 du Vérificateur général a constaté des lacunes dans l'octroi de contrats informatiques dans quatre organisations, dont l'ARQ.

«Ce qui m'inquiète, c'est que si tu prends les mêmes personnes et les mêmes méthodes, tu ne peux pas penser que ça va changer, remarque M. Dubé. [...] On a beau blâmer les consultants et les fonctionnaires, on doit être les premiers comme gestionnaires à prendre le blâme si on ne met pas en place les bonnes personnes.» Une demande de rencontre du député avec le nouveau DPI placée «en octobre» n'a reçu qu'un accusé de réception.

Le Conseil du trésor n'a pas été en mesure, mercredi, de répondre aux questions soumises par Le Soleil.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer