PQ: 100 jours tout sauf tranquilles

Pauline Marois a souligné que son parti avait... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Pauline Marois a souligné que son parti avait fait reculer la corruption, avait réformé le financement des partis politiques et avait mis de l'ordre dans les finances publiques depuis son élection le 4 septembre dernier.

Photo La Presse Canadienne

Partager

(Québec) Ne parlez plus de «reculs» à Pauline Marois. La première ministre du Québec en a assez. Les «reculs» étaient le fait des libéraux de Jean Charest, assène-t-elle.

 

 

 

 

Durant leurs années de pouvoir, «le français reculait, la démocratie reculait, la transparence reculait, l'éthique reculait. Nous, nous avons fait reculer la corruption, nous avons réformé le financement des partis politiques, nous avons mis de l'ordre dans les finances publiques».

Pour Pauline Marois, le Québec a «avancé depuis 100 jours», depuis le scrutin du 4 septembre. C'est ce qu'elle a martelé, vendredi, à l'Assemblée nationale, au dernier jour d'un trimestre politique placé sous sa gouverne.

Des avancées, certes, mais pas autant qu'elle le voulait. Il y a la politique et la politique «réelle», a-t-elle reconnu plus tôt cette semaine.

Du programme politique adopté en avril 2011, à la plateforme électorale de l'été dernier, au statut de minoritaire né des urnes, le Parti québécois a glissé dans un goulot d'étranglement. On l'a vu se serrer petit à petit, du discours inaugural prononcé par la chef du gouvernement en octobre, jusqu'au plan de dépenses gouvernementales présenté jeudi.

Avancées, retournements, abandons, erreurs, oublis et controverses. Regard en six angles.

Les avancées

Le projet de loi 1 visant «l'intégrité en matière de contrats publics» fait partie des avancées. Présenté par le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, il constitue un pas dans la bonne direction, estiment les partis d'opposition.

Le projet de loi 2 sur l'abaissement du plafond des contributions individuelles de 1000 $ à 100 $ aux partis politiques figure aussi dans cette catégorie. Une fois n'est pas coutume : le gouvernement du Parti québécois, la Coalition avenir Québec, le Parti libéral du Québec et Québec solidaire ont travaillé presque en symbiose dans ce dossier. La loi a même été rebaptisée pour marquer le fait qu'elle embrasse plus largement que prévu; qu'elle abaisse aussi, par exemple, le plafond des dépenses électorales.

Après un dernier bras de fer, cette semaine, tous les partis se sont félicités, vendredi, du libellé du nouveau projet de règlement sur l'élimination du placement syndical.

Ils ont applaudi à l'adoption de la loi soutenant les retraités de la White Birch.

L'entrée en vigueur d'un article de loi sur les «orphelins de Duplessis» a réjoui la plupart des élus. Longtemps stigmatisées, ces personnes verront leurs faux diagnostics de maladie mentale être effacés de leurs dossiers.

Autre percée parlementaire : les députés ont voté à l'unanimité pour une motion réclamant que les pensions alimentaires destinées aux enfants ne soient plus amputées des prestations d'aide sociale.

Les retournements

Le gouvernement a battu en retraite sur l'imposition plus importante des gains en capital et des dividendes. Exit aussi la hausse d'impôt rétroactive. La taxe santé a été maintenue.

Contrairement à ce qu'il avait dit, le gouvernement Marois a décidé de maintenir le Fonds des générations, et même de le renflouer. De couper 2000 postes chez Hydro-Québec, aussi.

La formule de redevances minières promise depuis deux ans par le Parti québécois a du plomb dans l'aile. Les acteurs de l'industrie seront consultés sur la suite des choses.

Le gouvernement a bel et bien annulé la hausse du prix de l'électricité du «bloc patrimonial» prévue par les libéraux, mais le tarif ne sera pas gelé. Il sera indexé.

L'équipe ministérielle a renoncé à appliquer sa «nouvelle loi 101» au réseau collégial. En lieu et place, elle prévoit imposer une épreuve de français aux étudiants fréquentant les institutions anglophones.

Pauline Marois plaide qu'il y a des améliorations dans ce lot. La taxe santé est devenue plus «progressive», dit-elle.

Les abandons

Le gouvernement ne forcera finalement pas le jeu sur la limitation des mandats des élus municipaux. Il «discutera» avec eux «de la possibilité» d'aller jusque-là.

Minoritaire, il n'a présenté ni charte de la laïcité, ni loi sur la citoyenneté québécoise. Il ne le fera pas non plus. Il «consultera».

Il a décidé de ne pas engager de fonds publics pour développer l'argumentaire souverainiste.

Les erreurs

La Coalition avenir Québec et l'opposition libérale qualifient d'erreur la nomination de l'environnementaliste Daniel Breton au poste de ministre de l'Environnement, ce que ne reconnaît pas Pauline Marois. Daniel Breton a dû démissionner en raison de révélations sur des démêlés passés.

En revanche, Mme Marois admet avoir mal anticipé la réaction de l'opinion publique sur sa décision d'accorder le statut de sous-ministre adjoint à l'ancien chef péquiste, André Boisclair, par ailleurs nommé délégué général du Québec à New York. André Boisclair a renoncé jeudi à sa toute nouvelle permanence d'emploi dans la haute fonction publique.

Les oublis

La loi sur le financement des partis politiques municipaux apparaît dans la rubrique des projets oubliés ou reportés à plus tard.

Dans un tout autre registre, notons la course à la direction du Parti libéral du Québec, passée à peu près inaperçue depuis les supputations sur l'arrivée du candidat Philippe Couillard. Cette course devrait prendre son véritable envol en janvier.

Les controverses

Les controverses ont été nombreuses : fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2, projet de minicentrale hydroélectrique à Val-Jalbert, plan gouvernemental des dépenses.

Pauline Marois affirme que l'exercice budgétaire est rigoureux et responsable. Les trois partis d'opposition, tant à sa droite qu'à sa gauche, le jugent dommageable et irresponsable.

Les mesures budgétaires continueront de défrayer la chronique bien après Noël.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer