L'unifolié restera à l'Assemblée nationale

En fin d'après-midi, Yves-François Blanchet a tiré à... (La Presse Canadienne)

Agrandir

En fin d'après-midi, Yves-François Blanchet a tiré à boulets rouges sur les députés libéraux et caquistes. Il s'en est particulièrement pris au groupe de François Legault.«Pourquoi ce refus de débattre du sujet au Salon bleu avant le vote?» a-t-il insisté. Il a suggéré que la Coalition avenir Québec «a honte d'expliquer sa position», qu'il qualifie d'«ultrafédéraliste». «C'est sombre et un peu honteux, comme geste, a-t-il dit. Les gens jugeront.»

La Presse Canadienne

Partager

(Québec) Le drapeau canadien restera en place à l'Assemblée nationale. Les députés du Parti libéral du Québec et de la Coalition avenir Québec ont voté pour son maintien au Salon rouge, mardi.

Le résultat du vote n'a réservé aucune surprise au péquiste Yves-François Blanchet, qui est à l'origine de cette consultation officielle.

Seuls les deux élus de Québec solidaire, Amir Khadir et Françoise David, ont voté avec la députation gouvernementale.

Au final, la somme des voix recueillies par les partisans du maintien du drapeau est supérieure au total des votes obtenus par ceux qui voulaient le remiser : les premiers ont gagné par 65 voix contre 53.

En fin d'après-midi, Yves-François Blanchet a tiré à boulets rouges sur les députés libéraux et caquistes. Il s'en est particulièrement pris au groupe de François Legault.

«Pourquoi ce refus de débattre du sujet au Salon bleu avant le vote?» a-t-il insisté. Il a suggéré que la Coalition avenir Québec «a honte d'expliquer sa position», qu'il qualifie d'«ultrafédéraliste». «C'est sombre et un peu honteux, comme geste, a-t-il dit. Les gens jugeront.»

Le nouveau ministre de l'Environnement a fait valoir que «le drapeau du Québec n'est pas un symbole souverainiste; c'est le symbole de tous les Québécois».

Les libéraux au créneau

Ce vote avait été requis par le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon. Il s'était dit incapable de trancher les requêtes «aux antipodes» qu'il avait reçues, celle du gouvernement Marois et celle de l'opposition officielle.

Yves-François Blanchet avait écrit à Jacques Chagnon pour lui demander que le drapeau canadien soit retiré «en tout temps durant les travaux parlementaires». Il notait qu'il n'avait pas toujours été au Salon rouge, que c'est le premier ministre libéral Robert Bourassa qui l'y a placé en 1985.

Les caquistes et les libéraux estiment que ce sujet est une diversion. Les libéraux sont montés au créneau en défendant la présence de l'unifolié au Salon rouge.

«La présence du drapeau canadien n'est pas accessoire, c'est un signe d'appartenance à notre fédération et un symbole de l'identité canadienne», avait répliqué par lettre le whip en chef des libéraux, Laurent Lessard, en réponse à la demande de retrait du gouvernement.

S'il forme un gouvernement majoritaire à l'issue des prochaines élections, le Parti québécois retirera le drapeau canadien de l'Assemblée nationale.

Ce vote était une première dans l'histoire parlementaire québécoise.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer