Placement syndical: le directeur général de la FTQ-Construction furieux

L'industrie de la construction tombera dans «un vide»,... (PHOTO: JACQUES BOISSINOT, PC)

Agrandir

L'industrie de la construction tombera dans «un vide», dénonce le directeur général de la FTQ-Construction, Yves Ouellet, furieux que les députés de l'Assemblée nationale se «foutent» des travailleurs, pour reprendre son expression.

PHOTO: JACQUES BOISSINOT, PC

Partager

Marie-Michèle Sioui
La Presse Canadienne
Montréal

Fini, le «placement syndical» dans l'industrie de la construction. En vertu d'une loi qui entre en vigueur dimanche, travailleurs et employeurs de cette industrie devront passer par une plateforme de placement pour obtenir un emploi ou recruter des employés. Le problème, toutefois, est que cette plateforme n'existe toujours pas.

Résultat, l'industrie de la construction tombera dans «un vide», dénonce le directeur général de la FTQ-Construction, Yves Ouellet, furieux que les députés de l'Assemblée nationale se «foutent» des travailleurs, pour reprendre son expression.

Au départ, l'élimination du placement d'employés par les syndicats devait arriver au même moment où le Service de référence de la main-d'oeuvre de l'industrie de la construction, administré par la Commission de la construction du Québec, allait être mis en place. Or ce système - qui doit servir d'intermédiaire entre les syndicats et les entrepreneurs - n'a pas encore vu le jour. Il devrait être en activité le 9 septembre 2013 seulement.

Devant l'impasse, M. Ouellet dénonce une situation «inacceptable», une loi «impossible à respecter», car elle oblige les syndicats à passer par une plateforme qui n'existe pas. Il exhorte les députés de l'Assemblée nationale à se concerter et à en venir à solution rapidement.

Agnès Maltais refuse de commenter

Rejoint par La Presse Canadienne samedi, le cabinet de la ministre du Travail, Agnès Maltais, a refusé de commenter l'affaire.

À la mi-novembre, Mme Maltais a proposé un projet de loi visant à retarder l'entrée en vigueur de la loi sur l'élimination du «placement syndical» dans l'industrie de la construction, mais sans succès.

Puisque le nouveau mécanisme de référence présenté par la ministre Maltais laissait aux employeurs la possibilité d'entrer en contact avec les syndicats pour combler leurs besoins de main-d'oeuvre, la Coalition Avenir Québec et le Parti libéral du Québec s'y sont vivement opposés.

Pour ces deux partis, ce règlement reniait les principes fondamentaux de la loi 30, adoptée à l'unanimité il y a un an pour favoriser le pluralisme syndical et empêcher l'hégémonie exercée par certaines centrales sur les chantiers.

La ministre Agnès Maltais n'a pas voulu commenter l'affaire, samedi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer