Québec solidaire n'écarte pas un regroupement avec Option nationale

La chef de Québec solidaire, Françoise David, et... (Photo Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La chef de Québec solidaire, Françoise David, et le député de Mercier, Amir Khadir, ont annoncé en point de presse samedi qu'un regroupement sera discuté au congrès du parti ce printemps.

Photo Le Soleil, Patrice Laroche

Partager

(Québec) La chef de Québec solidaire, Françoise David, et le député de Mercier, Amir Khadir, recommandent à leurs 200 membres réunis en conseil national à Québec en fin de semaine de leur donner le mandat d'entreprendre un dialogue avec le parti souverainiste Option nationale qui pourrait éventuellement mener à un regroupement pur et simple des deux entités politiques.

«Tout est sur la table, on n'écarte aucun scénario, y compris un regroupement. Nos plateformes électorales sont très, très proches. Tout ça serait décidé à notre congrès ce printemps, mais, d'ici là, on pourrait au moins commencer les démarches de rapprochement», a commenté la chef de Québec solidaire, Françoise David.

Celle-ci a rappelé que les deux partis avaient déjà, lors du dernier scrutin, conclu un pacte de non-agression dans sa circonscription de Gouin, où Option nationale n'a pas présenté de candidat, et dans celle de Nicolet-Bécancour, où le chef d'Option nationale Jean-Martin Aussant n'avait pas d'adversaire solidaire.

«Il faut y aller lentement, pas à pas, comme quand on se courtise à deux. Le premier geste à faire est de s'asseoir, de se regarder et de se parler. Est-ce qu'on estime que nos convergences sont plus nombreuses que nos différences?» illustre Mme David.

Aux élections générales du 4 septembre, Québec solidaire a récolté 6,03 % du vote populaire et fait élire deux députés, alors qu'Option nationale a mordu la poussière dans toutes les circonscriptions, n'obtenant que 1,89 % des voix.

Ouverture

Samedi, le responsable des relations de presse d'Option nationale, Guillaume Simard-L'Heureux, a déclaré que son chef était ouvert à la discussion même si aucune alliance n'était encore au menu.

«Ça ne fait pas partie de nos mandats en 2013, mais ce n'est pas quelque chose que nous écartons. Il y a quand même plusieurs différences entre les deux partis, mais aussi plusieurs choses qui nous rassemblent», a-t-il commenté, soulignant toutefois que les discussions devraient se faire dans l'intérêt de la souveraineté du Québec, qui demeure la raison d'être d'Option nationale.

Trop loin du PQ

Québec solidaire n'a toutefois pas l'intention d'entreprendre une démarche semblable avec le Parti québécois (PQ). Le parti s'interroge toutefois en fin de semaine à savoir s'il ouvrira la porte à des ententes ponctuelles avec le parti de Pauline Marois lors d'élections générales.

«Il y a un an et demi, on avait décidé de ne pas prendre cette avenue avec le PQ. On décidera en fin de semaine si on maintient cette position ou si on ouvre la porte à de telles ententes», a expliqué Amir Khadir, assurant qu'il n'était pas question d'aller plus loin que des pactes de non-agression avec le PQ.

«Nos programmes sont trop radicalement différents. Le PQ est un parti de pouvoir, un parti trop perméable aux lobbys du milieu des affaires et un parti qui a pratiqué un financement sectoriel. Son premier budget nous a également beaucoup déçus, notamment parce qu'il n'y aura pas de hausse substantielle des redevances minières en 2013», conclut Françoise David.

Un porte-parole intériméraire jusqu'au printemps 

Québec solidaire nommera dimanche un porte-parole et président intérimaire qui remplacera Amir Khadir, qui a quitté il y a quelques semaines son poste de porte-parole national de la formation politique de gauche pour le céder à sa collègue Françoise David.

Les statuts de Québec solidaire stipulent qu'un seul des deux porte-parole nationaux du parti doit être issu de l'aile parlementaire, l'autre devant venir de l'aile extraparlementaire et assumer la présidence du parti.«Le conseil a décidé de repousser au congrès du printemps prochain le choix d'un nouveau porte-parole extraparlementaire permanent. En attendant, quelqu'un assurera l'intérim pour les prochains mois et s'engagera à ne pas se présenter pour le poste de porte-parole en mai», expliquait hier M. Khadir lors du conseil national de son parti qui a lieu à Québec.

C'est pour assurer une certaine équité entre les candidats que le porte-parole intérimaire s'engagera à ne pas poser sa candidature. On sait toutefois d'ores et déjà que la personne choisie sera un homme pour respecter le principe de parité puisque la porte-parole parlementaire du parti, la chef Françoise David, estune femme.«Nous souhaitons qu'il y ait plusieurs candidats et le plus de diversité possible dans cette course», a expliqué Amir Khadir, mentionnant au passage les communautés issues de l'immigration de même que la communauté homosexuelle. 

Le mode de sélection du nouveau porte-parole n'a cependant pas encore été déterminé. «Une chose est certaine, vous ne verrez pas une course à la chefferie à la libérale avec des centaines de millions en dépenses», a toutefois précisé Mme David.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer