Adoption du budget Marceau: Legault pointe «l'hypocrisie» des libéraux

Après 25 heures d'étude, les parlementaires ont voté... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Après 25 heures d'étude, les parlementaires ont voté sur le budget Marceau: 49 élus se sont prononcés en faveur, 48 ont voté contre et aucun ne s'est abstenu.

La Presse Canadienne

Partager

(Québec) Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, blâme l'«hypocrisie» de l'opposition libérale, qui a permis que soit adopté le budget de Nicolas Marceau.

Le budget 2013-2014 a été adopté par une petite voix de majorité, vendredi. Quarante-neuf députés ont voté en faveur, tandis que 48 s'y sont opposés.

L'opposition libérale avait ordonné à 22 de ses élus de s'absenter du Salon bleu au moment du vote. Ce scénario était écrit dans le ciel depuis le tout début.

Les libéraux avaient fini par laisser entendre qu'ils voteraient contre le budget Marceau, mais qu'ils s'organiseraient pour ne pas faire tomber le gouvernement.

Une position officiellement confirmée quelques heures avant le vote par le libéral Raymond Bachand. «Nous ne déclencherons pas des élections générales aujourd'hui. Des élections qui auraient lieu le 4 janvier; des élections anticipées, la veille du Jour de l'an; puis un débat des chefs, la veille de Noël... Moi, je n'en veux pas et vous n'en voulez pas. Les Québécois que je croise à travers le Québec n'en veulent pas.»

Les 19 caquistes

Si seulement 28 libéraux étaient au Salon bleu pour s'opposer au budget, les 19 élus caquistes étaient tous présents, comme s'y était engagé leur chef François Legault.

«Sur 50 députés libéraux, il y en a 22 qui sont restés aux toilettes ou dans leur bureau; donc le gouvernement n'a pas été renversé», a commenté et déploré M. Legault.

Le chef de la Coalition avenir Québec aurait voulu que les libéraux s'expliquent sans faux-fuyant, qu'ils «admettent» qu'ils ne pouvaient pas ou ne voulaient pas précipiter des élections parce qu'ils sont sans chef, ainsi qu'en raison «de toutes les révélations de la commission Charbonneau».

Pour François Legault, le déclenchement d'un scrutin hâtif aurait été «un moindre mal» pour sortir le Québec de «l'immobilisme» économique. «Je trouve ça irresponsable que les libéraux acceptent de continuer cet immobilisme pendant encore 16 mois», a-t-il dit.

En vérité, peu de députés caquistes avaient vraiment envie d'un scrutin général en janvier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer