Compressions à l'Institut Maurice-Lamontagne: plaintes aux langues officielles

Jean-François Fortin, député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia... (Photo collaboration spéciale Carl Thériault)

Agrandir

Jean-François Fortin, député de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia

Photo collaboration spéciale Carl Thériault

Partager

Carl Thériault, collaboration spéciale
Le Soleil

(Mont-Joli) L'Association francophone pour le savoir (Acfas) s'intéressera aux conséquences des vagues de compressions budgétaires sur l'Institut de recherche océanographique Maurice-Lamontagne de Mont-Joli.

Six plaintes ont déjà été déposées auprès du commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, dont celle, jugée recevable, du député Jean-François Fortin, de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia. Il base son argumentation sur «l'obligation formelle du gouvernement fédéral de respecter l'application de la Loi sur les langues officielles dans sa démarche de compressions budgétaires au seul institut océanographique francophone au Canada et à la seule bibliothèque francophone de Pêches et Océans».

«En ce moment, nous sommes concentrés sur plusieurs dossiers, dont le Sommet sur l'enseignement supérieur. Nous n'avons pas pris position sur ces compressions, mais je vais le suggérer à la direction et à notre future présidente. Si on prend une position, ce sera sur l'ensemble des coupures sur le milieu de la recherche. Je pense que ce sera notre priorité dans les prochains mois», souligne Julie Dirwimmer, coordonnatrice des relations médias et des communications de l'Acfas.

D'autres compressions pourraient survenir au deuxième centre de recherche océanographique francophone au monde. Le service informatique et la gestion de l'information seraient sous révision par Pêches et Océans.

«Les gestionnaires nous disent que les compressions sont terminées pour la période 2102-2015. Mais le Ministère continue encore de revoir sa façon de faire au niveau de l'informatique, ça se peut qu'on puisse perdre d'autres emplois. On verra dans le prochain budget fédéral... Quand on voit Stephen Harper en désaccord avec son ministre des Finances sur le report d'un an de la fin du déficit...», explique Benoit Thibault, président du Conseil régional du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine-Côte-Nord de l'Alliance de la fonction publique du Canada au Québec.

Lettre ouverte à harper

Près de 40 acteurs du milieu des bibliothèques de l'Est-du-Québec viennent de publier une lettre ouverte au premier ministre Stephen Harper pour protester contre la fermeture de la bibliothèque de l'Institut Maurice-Lamontagne (IML), qui renferme 61 000 monographies scientifiques et 1100 titres de périodiques. Deux membres de son personnel assistaient les chercheurs et les partenaires de la technopole maritime mise en place à Rimouski et constituée de l'Université du Québec à Rimouski, de l'Institut des sciences de la mer et de l'Institut maritime du Québec. Ces ressources documentaires de l'Institut Maurice-Lamontagne seront transférées dans une bibliothèque située à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

Trois vagues successives de compressions budgétaires en sept mois ont entraîné des pertes de plus de 40 emplois à l'IML. Ce centre de recherche, qui a déjà accueilli plus de 400 employés, en compte maintenant 300. Le budget de ce centre de recherche a fondu de 35 à 28 millions$.

*****

«Une décision à courte vue», selon Québec

Le gouvernement du Québec s'oppose à la décision d'Ottawa de fermer la bibliothèque de l'Institut Maurice-Lamontagne, la seule institution francophone du genre liée au ministère canadien des Pêches et des Océans. En tout, 7 des 11 bibliothèques affiliées aux centres de recherche de ce ministère sont censées disparaître à travers le Canada.

«Fermer cette bibliothèque de langue française est hautement problématique», a déclaré hier le ministre des Affaires intergouvernementales, Alexandre Cloutier. Il estime que cette décision est à courte vue et idéologique. Elle «s'inscrit dans une logique du gouvernement conservateur de réduire la connaissance scientifique sur les océans et sur la recherche des espèces menacées». M. Cloutier souhaite présenter une motion à ce sujet à l'Assemblée nationale dans l'espoir que tous les partis s'expriment d'une seule voix. Jean-Marc Salvet

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Pierre Asselin | Mal de mer à Mont-Joli

    Éditoriaux

    Mal de mer à Mont-Joli

    L'Institut Maurice-Lamontagne (IML) aurait pu souhaiter mieux pour fêter ses 25 années d'existence. Trois vagues de compressions en un an, et Ottawa... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer