Québec solidaire veut exclure les pensions alimentaires de l'aide sociale

La chef de Québec solidaire, Françoise David, présentera... (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

Agrandir

La chef de Québec solidaire, Françoise David, présentera ce matin à l'Assemblée nationale un projet de législation visant à exclure les pensions alimentaires du calcul des prestations d'aide sociale des mères de famille monoparentales.

Photo: Ninon Pednault, La Presse

Partager

(Québec) Québec solidaire revient à la charge, mais par le dépôt d'un projet de loi cette fois: la solidaire Françoise David présentera ce matin à l'Assemblée nationale un projet de législation visant à exclure les pensions alimentaires du calcul des prestations d'aide sociale des mères de famille monoparentales.

Insuffisant pour réduire significativement la pauvreté et les difficultés qu'elles vivent, ce ballon d'oxygène est néanmoins attendu depuis longtemps par les personnes bénéficiaires, expliquera la députée de Gouin aujourd'hui.

Avec ce texte législatif, Québec solidaire veut forcer la main au gouvernement du Parti québécois; mettre de la pression sur lui.

La formation de gauche se dit déçue que le budget du ministre des Finances, Nicolas Marceau, n'ait rien prévu pour supprimer cette «injustice».

Pour les mères vivant de l'aide sociale, les pensions alimentaires pour enfants sont considérées comme un revenu de travail. Elles sont déduites en bonne partie de leurs prestations de dernier recours. Pour toutes les mères en général, ces pensions sont plutôt vues comme un soutien aux enfants. Elles n'affectent pas leurs revenus.

Le projet de loi de Québec solidaire s'inspirera d'un projet de législation déposé par le Parti québécois lorsqu'il était dans l'opposition - et auquel les libéraux de Jean Charest ont toujours refusé de donner suite. L'élimination de cette pénalité pour les prestataires d'aide sociale coûterait quelque 40 millions $, selon Québec solidaire.

Agir quand même

En réponse à une question posée par Françoise David récemment, la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, avait indiqué que son gouvernement était «au travail» sur ce sujet «important». Malgré l'absence d'annonce dans le budget Marceau, Agnès Maltais n'aurait pas renoncé à avancer, selon nos informations. La ministre estimerait qu'elle peut encore agir parce qu'il s'agit d'une mesure administrative. Il faudrait cependant qu'elle soit instaurée sans accroître l'enveloppe globale allouée aux missions dont elle a la responsabilité - ce qui supposerait sans doute d'en mettre d'autres entre parenthèses.

Il y a au moins un député libéral qui continue de s'opposer à ce changement pour les mères de famille monoparentale, c'est Sam Hamad. Il y a quelque temps, le député de Louis-Hébert a pris prétexte du voeu général exprimé par la ministre Maltais pour dénoncer les «bonbons électoraux» du gouvernement.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer