Coalition PLQ-CAQ: Bachand n'avait pas de mandat, dit Gautrin

Henri-François Gautrin (photo), partisan de Philippe Couillard dans... (Photo d'archives Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Henri-François Gautrin (photo), partisan de Philippe Couillard dans la course à la succession de Jean Charest, assure que Raymond Bachand «n'avait pas le mandat» de faire de l'oeil à la CAQ.

Photo d'archives Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'aspirant chef libéral Raymond Bachand n'avait pas de mandat du caucus pour évoquer le «très mauvais» scénario d'une coalition entre libéraux et caquistes pour renverser le gouvernement, affirme le député libéral Henri-François Gautrin.

«C'est très mauvais», a lâché le député de Verdun à l'entrée de la réunion du caucus libéral, mercredi. «Très, très, très, très mauvais. Pourquoi? Parce que nous mangeons tous les deux dans le même râtelier, la même population. Nous avons les mêmes électeurs. Si moi, j'ai baissé dans ma majorité, c'est parce que la CAQ m'a pris des votes.»

L'ex-ministre des Finances Raymond Bachand a parlé au cours des derniers jours de la possibilité d'une alliance entre les deux partis pour renverser le gouvernement péquiste s'il déposait un budget catastrophe. Cette éventualité a été rejetée du revers de la main par le chef caquiste François Legault, qui refuse «de danser avec quelqu'un qui a les mains sales».

M. Gautrin, partisan de Philippe Couillard dans la course à la succession de Jean Charest, assure que M. Bachand «n'avait pas le mandat» de faire de l'oeil à la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le député d'Outremont se défend d'avoir entrepris quelque démarche de rapprochement que ce soit.

«Ce n'était pas une démarche, a affirmé M. Bachand mercredi. J'ai évoqué les solutions qui s'offrent à nous. N'importe quel être intelligent sait qu'on a un éventail de solutions et que les Québécois les évoquent aussi.»

Même s'il n'a «pas d'envie particulière d'être avec François Legault», M. Bachand est «ouvert à toutes les options». Mais le caucus libéral en a décidé autrement. Le scénario de coalition, il n'y a «pas grand monde qui croit à ça», a signifié le député libéral Jean D'Amour. «Sincèrement, ce n'est pas une piste qu'on envisage du tout, a-t-il ajouté. [...] Moi, si vous me posez la question, ce n'est pas une solution qui me plaît.»

Le chef du Parti libéral du Québec, Jean-Marc Fournier, ne prend pas ombrage de l'évocation du scénario de coalition par M. Bachand. «M. Bachand n'a pas évoqué qu'il souhaitait une coalition, mais que c'était une possibilité, a-t-il affirmé. Tout le monde est au courant des théories. Nous, ce qui nous a semblé le plus approprié, c'est de mettre le gouvernement en sursis.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer