Gérald Tremblay au repos jusqu'à lundi

Gérald Tremblay... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Gérald Tremblay

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partager

Mathieu Simard
La Presse Canadienne
Montréal

Soumis à une pression de plus en plus forte pour qu'il renonce à ses fonctions de maire de Montréal en raison des allégations de financement illégal dont fait l'objet son parti, Gérald Tremblay a décidé de prendre quelques jours de repos et sera de retour à l'hôtel de ville lundi.

Par cette décision, annoncée jeudi, M. Tremblay pourrait vouloir gagner du temps afin d'éviter la tenue d'une élection partielle à la mairie de Montréal.

Les prochaines élections municipales au Québec auront lieu le 3 novembre 2013. Or l'article 336 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités stipule que lorsque le poste de maire devient vacant moins de 12 mois avant le scrutin, le conseil municipal n'a pas à décréter une élection partielle puisque le nouveau maire peut être désigné entre les conseillers.

Lundi, 5 novembre, la période de 12 mois obligeant la tenue d'une élection partielle sera levée.

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Michael Applebaum, s'est porté à la défense du maire, en spécifiant qu'il avait droit à quelques jours de repos et que la Ville «fonctionnerait pareil».

Annuler la hausse d'impôts fonciers

L'administration Tremblay retournera d'ailleurs à la planche à dessin afin de réviser son budget 2013 en raison de la grogne des citoyens. Elle n'exclut pas la possibilité d'annuler la hausse d'impôts fonciers de 3,4 pour cent annoncée cette semaine.

M. Applebaum a avoué que les contribuables «étaient frustrés» par les révélations entendues à la Commission Charbonneau et c'est pourquoi il a demandé au service des finances de la Ville de préparer différents scénarios «pour que le budget soit mieux accepté par la population».

«C'est un budget qui est difficile à cause de ce que les payeurs de taxes entendent à la Commission», a-t-il indiqué.

M. Applebaum a aussi réitéré sa ferme intention de récupérer l'argent volé à la Ville de Montréal.

Pour la chef de l'opposition officielle, Louise Harel, le parti du maire, Union Montréal, donne «dans l'improvisation totale» et la volte-face budgétaire, bien que souhaitable pour les contribuables, témoigne «d'un amateurisme incroyable».

«Tant mieux, mais c'est une diversion», a-t-elle lancé.

La chef de Vision Montréal croit aussi qu'il était nécessaire pour M. Tremblay de prendre un congé, afin qu'il réalise «qu'il a perdu la confiance des Montréalais».

Elle croit d'ailleurs que Union Montréal agonise à petit feu devant la multiplication des allégations et estime que la situation ne s'améliorera pas.

«C'est un congé obligé, parce qu'il ne peut plus se présenter devant les journalistes, devant n'importe quel auditoire, sans avoir à répondre de son administration», a-t-elle soutenu.

Mme Harel dit déjà se préparer à la démission du maire.

«La pire du pire, c'est ce qu'on vit présentement. Tous les autres scénarios sont bons», a-t-elle lancé.

Une élection prématurée?

Selon Mme Harel, le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, pourrait décider d'imposer une élection générale prématurée dans la métropole ou même choisir un successeur à Gérald Tremblay.

Le ministre possède ces pouvoirs en vertu de la loi sur les cités et villes, a expliqué Mme Harel, elle-même ancienne ministre des Affaires municipales.

Dans l'éventualité de la démission de M. Tremblay, Richard Bergeron s'est quant à lui montré favorable à la nomination d'un maire par intérim.

Le chef de Projet Montréal a déclaré qu'il n'était «pas partisan du désordre maximal, mais qu'il était plutôt partisan d'un apaisement».

«Je veux que la Ville livre ses services aux citoyens et je veux qu'elle ralentisse l'attribution de contrats», a-t-il ajouté.

À l'inverse de Mme Harel, M. Bergeron a bien reçu la décision du comité exécutif de réévaluer le budget déposé en début de semaine. Il est d'avis que cela permettra de «soulager l'étranglement fiscal» des Montréalais.

Le gouvernement Marois a aussi réagi à la période de repos prise par M. Tremblay.

Le ministre Gaudreault a dit que son retrait temporaire ferait baisser la tension à l'hôtel de ville, mais a précisé que «la suite des choses serait suivie avec intérêt» à Québec.

«Nous lui avons demandé depuis plusieurs jours de réfléchir, il a décidé de réfléchir. Respectons sa période de réflexion», a pour sa part répondu le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-Francois Lisée.

Labeaume «aime autant pas parler»

«J'aime autant pas parler.» Régis Labeaume semble avoir pris la ferme résolution de ne plus commenter la situation délicate du maire de Montréal.

Pour la deuxième fois cette semaine, le maire de Québec a été avare de commentaires sur le sort de Gérald Tremblay, qui a annoncé hier qu'il prenait quelques jours de repos. Une bonne décision? «Je ne le sais pas. Je vais m'occuper de mes affaires», a laissé tomber M. Labeaume.

Ce silence du maire de Québec sur les déboires de son homologue montréalais tranche avec le mois dernier où il avait qualifié «d'insoutenable» la position de Gérald Tremblay au moment où l'ex-entrepreneur Lino Zambito avait allégué que le parti du maire de Mont-réal touchait 3 % de la valeur des contrats municipaux de construction.

Avec Valérie Gaudreau

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer