Gentilly 2: 850 millions $ dépensés et aucune garantie que seront terminés les travaux

<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Hydro-Québec a déjà engagé 850 millions$ dans la réfection de sa centrale nucléaire. Mais il faudra attendre des mois, probablement jusqu'en 2013, pour savoir si la société d'État terminera les travaux à Gentilly 2 - et la gardera en activité.

De passage à l'Assemblée nationale, hier, le président et directeur général d'Hydro, Thierry Vandal, a évité de se compromettre sur le sort de la centrale contestée, notamment par les écologistes.

Lors d'une des très rares comparutions d'un dirigeant d'Hydro à un examen des crédits ministériels, M. Vandal a refusé de confirmer que le plan initial, évalué à 1,9 milliard$, ne saurait se réaliser à moins de 3 milliards$. Trop d'éléments rendent les projections incertaines, a-t-il suggéré, en insistant à quelques reprises que cela vaut pour le prix de l'énergie que produira Gentilly 2.

Le pdg a souligné que 150 millions$ ont été dépensés dans l'avant-projet pour refaire les installations nucléaires, en 2008. Depuis, 700 millions$ se sont ajoutés. Mais il est demeuré vague sur l'horizon envisagé pour relancer les travaux.

Hydro-Québec attend la conclusion de deux affaires. D'abord, sa haute direction attend de voir comment et à quel coût le redémarrage d'une autre centrale nucléaire, celle de Pointe-Lepreaux, au Nouveau-Brunswick, se fera. Relance prévue: à l'été.

Hydro se retrouve aussi en attente d'une analyse que fera Énergie atomique du Canada limitée de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Cet examen prendra des mois, s'est limité à dire M. Vandal.

Le pdg a admis qu'Hydro ignorait les ressources pétrolières que contient le sous-sol de l'île d'Anticosti lorsqu'il a vendu ses droits à Pétrolia. La compagnie évalue les réserves à 30 milliards de barils.

Interrogé par le critique péquiste Bernard Drainville, M. Vandal a cependant présenté la cession des propriétés comme une affaire extrêmement lucrative. Selon lui, la transaction s'est accompagnée d'une entente conférant à Hydro des «redevances prioritaires». Aux journalistes, il a lancé que, «s'il y a des milliards de barils, Hydro va faire beaucoup, beaucoup d'argent sans prendre de risque».

Mais il n'a pas caché un certain scepticisme. Aux parlementaires, il a laissé entendre qu'«il y a un potentiel [d'extraction]. Mais rien de prouvé» pour la production d'hydrocarbures, qui ne se fera pas par des méthodes conventionnelles.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer