Le Réseau Liberté Québec, orphelin politique

Les militants du Réseau Liberté Québec ont passé... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Les militants du Réseau Liberté Québec ont passé la journée de dimanche à discuter de leur vision politique et surtout de l'espoir de voir un nouveau parti émerger pour promouvoir leurs idées.

Le Soleil, Steve Deschênes

(Lévis) Même s'ils se disent orphelins de parti politique depuis que la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault a absorbé l'Action démocratique du Québec (ADQ), les leaders du Réseau Liberté-Québec (RLQ) ne sont pas prêts à donner leur appui à un parti de droite existant, que ce soit la CAQ, le Parti conservateur du Québec ou le parti Équipe autonomiste qui devrait être créé officiellement au cours des prochains jours.

«Récemment, j'ai qualifié le Parti conservateur du Québec de sectaire. Je suis désolé si ça a froissé certaines personnes. J'apprécie la courtoisie du chef du parti, Luc Harvey, d'être venu ici. J'ai discuté plusieurs fois avec lui. Ce n'est pas vrai que nous ne les encourageons pas mais, pour ce qui est de donner notre appui, been there, done that. Je suis convaincue que nous sommes plus utiles à défricher le terrain», a déclaré la porte-parole du RLQ, Joanne Marcotte, dans le discours de fermeture de son colloque tenu dimanche au Centre de congrès et d'expositions de Lévis.

Plus tôt, Mme Marcotte avait déclaré au Soleil que la disparition de l'ADQ était une grande perte et qu'elle avait très mal pris les démarches de la CAQ, qui a absorbé le parti de Mario Dumont. Un sondage réalisé auprès de membres du RLQ démontre que 65 % d'entre eux n'appuieraient aucun parti au provincial contre 18 % qui voteraient pour la CAQ.

Espoir

Malgré tout, Joanne Marcotte a assuré que la discussion ouverte qui avait pour thème Rebâtir la droite québécoise - Quel est l'avenir des nouveaux orphelins politiques? dimanche après-midi ne constituait pas un appel à la création d'un nouveau parti politique.

«Non, ce n'est pas un appel à la création d'un parti, mais nous avons espoir qu'un jour, nos idées se traduiront par une demande forte à laquelle on pourra rattacher une offre.»

«Présentement, nous n'avons pas assez de preuves qu'un parti qui ferait la promotion des idées dont nous discutons aujourd'hui pourrait être viable, mais on s'affaire à construire cette preuve», expliquait-elle en marge de l'événement qui a réuni plus de 400 militants.

Cofondateur du RLQ, Éric Duhaime abondait dans le même sens. «Nous voulons convaincre les Québécois qu'il y a un marché politique pour ces idées. Quand il y aura 60 % des gens qui partageront notre idéal, tous les partis politiques auront le discours que nous avons», a-t-il affirmé.

Pas de leader en vue

Joanne Marcotte dit espérer qu'un jour, un leader se lève dans le monde politique du Québec pour faire la promotion des idées de droite. «Je me croise les doigts, mais je n'en vois pas un présentement. Il y en a sûrement, mais est-ce qu'ils vont vouloir se mouiller?»

De son côté, Luc Harvey aurait aimé recevoir l'appui du RLQ.

«J'aurais aimé que le RLQ nous donne son appui. Ce n'est pas le temps de diviser la droite, mais bien de l'unir. Mais je comprends que nous avons quand même à faire nos preuves. Je comprends qu'ils veuillent prendre leur temps. J'ai dîné avec Éric Duhaime et il m'a demandé une vingtaine de fois si je lui jurais que je n'irais jamais avec la CAQ», a résumé l'ex-député conservateur fédéral de Louis-Hébert.

André Drouin y croit

L'ex-conseiller municipal d'Hérouxville André Drouin, auteur des fameuses «normes de vie», est convaincu qu'un parti politique naîtra éventuellement des idées dont le Réseau Liberté-Québec (RLQ) fait la promotion.

«Moi, je suis un orphelin politique car il n'y a aucun parti qui dise les mots que vous avez entendus tantôt», a commenté M. Drouin, peu de temps après des conférences de Salim Mansur, Marc Lebuis et Mathieu Bock-Côté qui dénonçaient le multiculturalisme et l'islam politique.

«Si demain, un parti politique disait que dans notre pays, il y a une loi et tout le monde lui obéit et la respecte, peu importe sa religion, il aurait mon vote», a-t-il commenté, ajoutant toutefois qu'il était convaincu que les idées du RLQ mèneraient éventuellement à la création d'un parti politique.

«Je vous jure qu'il y aura un parti politique. Tous les éléments que je vois en Europe depuis sept ou huit ans sont maintenant ici, tous les éléments pour qu'un parti se lève et dise : "That's enough"», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer