Drames familiaux: un «comité d'experts» au lieu d'une commission parlementaire

Le ministre Yves Bolduc a dit vouloir éviter... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre Yves Bolduc a dit vouloir éviter une surmédiatisation des drames familiaux. Il craint un possible effet d'entraînement.

La Presse Canadienne

(Québec) Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, rejette désormais l'idée d'instituer une vaste commission parlementaire sur les drames familiaux. Il y était favorable la semaine dernière.

Il pensait à une commission parlementaire «apolitique», un peu sur le modèle de celle ayant parcouru les régions du Québec sur «le droit de mourir dans la dignité».

À l'Assemblée nationale, jeudi, M. Bolduc a indiqué qu'il privilégiait maintenant la formation d'un «comité d'experts», une formule plus discrète. Il a dit vouloir éviter une surmédiatisation du sujet. Il craint un possible effet d'entraînement.

«Il faut faire attention si on doit aller en commission parlementaire, a fait valoir le ministre de la Santé et des Services sociaux. Parce que c'est quelque chose qui va encore publiciser plus ce type de problèmes; et plusieurs m'ont plutôt suggéré d'aller avec des comités d'experts.»

«Il faut chercher le meilleur véhicule pour essayer de diminuer ce type de cas, a-t-il encore ajouté. La commission parlementaire n'est peut-être pas le meilleur moyen.»

Commentaire du leader de l'opposition officielle péquiste, Stéphane Bédard : «Si, lui, il a eu des gens qui lui ont dit de faire attention, nous, il y en a d'autres qui ont dit qu'il faut en parler.»

Une question délicate

À l'Assemblée nationale, tous conviennent que la question est délicate et que la société ne peut rester les bras croisés. Il faut examiner si l'offre de services aux personnes en détresse est adéquate et si elle peut être améliorée, dit-on des deux côtés de la Chambre. C'est sur la manière de mener l'exercice que les élus se divisent.

La semaine dernière, la péquiste Danielle Doyer avait évoqué la «détresse de plusieurs familles» avant d'exiger que Québec se penche sur ces «véritables drames humains».

Mme Doyer pensait «à cette mère qui a rejoint la rivière des Prairies avec ses deux enfants de trois mois et de cinq ans dans chaque bras», à ces «enfants retrouvés brûlés dans la voiture d'un père de famille» et à ce «père de famille qui a entraîné ses deux enfants dans la mort suite à des problèmes conjugaux».

Le libéral et la péquiste convenaient que cette éventuelle commission parlementaire devrait évaluer les services offerts en prévention dans les CLSC et ailleurs, ainsi que la question de la médiatisation de ces drames. C'est un peu le même mandat qui pourrait être confié à un ou à des comités d'experts, a suggéré le ministre.

 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer