Plus question de pétitions anti-Charest

Le premier ministre du Québec, Jean Charest... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Québec, Jean Charest

La Presse Canadienne

(Québec) Il n'est plus question qu'une pétition comme celle qui demande la démission de Jean Charest réapparaisse sur le site de l'Assemblée nationale, promet le ministre Pierre Moreau.

Mercredi, la pétition d'initiative citoyenne de près de 250 000 signatures qui demande la tête du premier ministre a été déposée en Chambre. Elle avait engorgé le site Internet de l'Assemblée nationale dès son lancement en novembre.

Foi du ministre Moreau, ancien whip du gouvernement, une pareille initiative sera à l'avenir bloquée. «Cette pétition n'aurait pas dû être reçue», a-t-il affirmé, mercredi. «Une pétition doit viser une juridiction qui est du ressort de l'Assemblée nationale. Or, l'Assemblée ne peut pas destituer un membre de l'exécutif. [...] Vous ne verrez plus ce genre de pétition.»

Le représentant de Châteauguay affirme que l'ensemble des partis reconnus au Parlement ont admis que cette pétition n'avait pas sa place. «Les élus qui siègent au bureau de l'Assemblée nationale ont discuté de ça et sont venus à la conclusion que cela n'entrait pas dans les critères de recevabilité», dit M. Moreau.

«Faux», rétorque le Parti québécois (PQ). L'opposition officielle reconnaît qu'il y a eu un certain malaise avec la pétition en raison des risques de dérapage. Personne au PQ n'a voulu parrainer la pétition, et personne n'a applaudi son dépôt. Toutefois, les élus n'ont pas leur mot à dire si une pétition fait son chemin à travers la grille de critères appliquée par les fonctionnaires de l'Assemblée nationale, dit-on au PQ. On met même au défi M. Moreau de produire un ordre du jour ou une décision du bureau de l'Assemblée nationale qui prouve que les élus se sont prononcés sur cette question.

Même son de cloche à l'Action démocratique du Québec. Pour Gérard Deltell, le gouvernement libéral bâillonne parfois le Parlement, mais ne parviendra pas à faire de même pour les Québécois.

Le parrain

Pour le député de Québec solidaire, Amir Khadir, qui a accepté de parrainer la pétition, condition essentielle à son dépôt, l'exercice a cloué le cercueil de la crédibilité de Jean Charest.

«M. Charest ne se relèvera plus de ce signal fort envoyé par la population à moins qu'il change le fusil d'épaule, à moins qu'il décide d'écouter la population, prédit M. Khadir. Il faut reconnaître l'impact majeur sur le plan symbolique de la pétition sur la scène québécoise.»

L'initiateur de la pétition, Steve Brosseau, un préposé aux bénéficiaires dans la trentaine, dit mission accomplie. Il n'a pas l'intention de pousser plus loin son implication et estime avoir fait largement sa part comme citoyen. Il n'a plus l'intention d'organiser une manifestation devant le parlement pour réclamer la démission du premier ministre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer