9 milliards $ pour 65 avions chasseurs F-35

Le gouvernement a assuré que l'acquisition des F-35,... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le gouvernement a assuré que l'acquisition des F-35, qui s'insère dans le projet de modernisation des Forces canadiennes, générerait d'importantes retombées économiques dans l'ensemble du Canada.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Présenté comme l'un des plus importants achats militaires de l'histoire du pays, le contrat de 9 milliards $ pour l'achat de 65 avions chasseurs F-35 Lightning II de la compagnie Lockheed Martin, confirmé vendredi par le gouvernement du Canada, s'inscrit dans une tendance à la hausse des dépenses militaires enregistrée depuis l'avènement au pouvoir des conservateurs de Stephen Harper en février 2006.

Le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay,... (Reuters) - image 1.0

Agrandir

Le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, a soutenu que l'avion d'attaque interarmées F-35 était le meilleur appareil pouvant aider les militaires à faire face aux défis du 21e siècle.

Reuters

Les annonces d'acquisitions militaires faites par le Canada depuis l'élection d'un gouvernement conservateur frôlent maintenant les 50 milliards $ et incluent également 29 milliards $ annoncés en juin pour la construction de près de 26 navires militaires sur une période de 30 ans.

Selon les données obtenues de l'institut d'études stratégiques Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), les dépenses militaires canadiennes auraient fait un bond de plus de 30 % de 2006 à 2009, passant de 17 066 000 000 $ à 22 273 000 000 $, plaçant le Canada au 13e rang des pays du monde en la matière.

Tant les données du SIPRI que celles de la Banque mondiale montrent une hausse constante du pourcentage de dépenses du gouvernement consacrées au domaine militaire depuis l'élection du gouvernement conservateur, ramenant le taux au niveau où il était au début des années 90.

Contrat majeur

«À 9 milliards $, il s'agit d'un des plus importants programmes dans l'histoire du ministère canadien de la Défense. Nous sommes à vérifier si ce ne serait pas le plus important», a confié vendredi au Soleil un représentant du gouvernement fédéral au sujet de l'achat des avions chasseurs, signalant qu'il faudrait ajouter à cela le programme d'entretien des aéronefs.

«Pour ce qui est de l'entretien, le contrat n'est pas encore signé. Il n'est pas question d'un contrat de 20 ans, mais plutôt d'un contrat pour la durée de vie de la flotte, soit jusqu'en 2051. En travaillant avec nos partenaires, nous espérons en faire la flotte la moins chère à entretenir pour l'avenir», poursuit la même source.

Vendredi, le porte-parole du Bloc québécois en matière de défense, le député de Saint-Jean, Claude Bachand, a cependant évalué à entre six et sept milliards les coûts d'entretien des 65 appareils pour 20 ans, réclamant au gouvernement de prévoir dans son entente avec Lockheed Martin l'obligation de s'assurer que le Québec obtienne sa juste part en retombées économiques liées à l'entretien.

Livrés d'ici 2022

Les premiers avions seront livrés en 2016 et la totalité de la commande en 2022 afin de remplacer la flotte de CF-18 vieillissants. «Ces avions nous donneront la plus grande possibilité de réussir nos missions, peu importe la mission, et la plus grande possibilité que les hommes et les femmes que nous envoyons en théâtre militaire rentrent au pays vivants», poursuit une autre source gouvernementale.

Vendredi, le pdg de l'Association québécoise de l'aérospatiale et ex-ministre libéral fédéral Jacques Saada a rappelé que la décision annoncée vendredi était conséquente à ce qui avait été convenu à la suite d'un processus de sélection mis sur pied entre 1997 et 2001 par le gouvernement libéral.

«Dès lors, le Canada a décidé d'adhérer au programme du F-35 et avait investi 165 millions $», a-t-il dit en entrevue téléphonique au Soleil.

Selon M. Saada, les commandes du F-35 représentent 70 % du marché mondial des avions de chasse. «Ça donne des perspectives à long terme intéressantes pour les firmes québécoises», ajoute-t-il en faisant référence à des sociétés comme Pratt & Whitney, qui fabrique des moteurs, et Héroux-Devtek, pour les trains d'atterrissage.

Avec la collaboration de Paul-Robert Raymond

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer