Course à la mairie de 2005: Bellemare a appelé Fava a l'aide

«Je trouve ça très comique que M. Bellemare... (Le Soleil, Jocelyn Bernier)

Agrandir

«Je trouve ça très comique que M. Bellemare accuse tout le monde de toutes sortes de choses, mais qu'il soit allé chercher le même monde pour faire sa campagne au municipal», déclare Franco Fava.

Le Soleil, Jocelyn Bernier

Dossiers >

Allégations de Marc Bellemare

Actualité

Allégations de Marc Bellemare

L'ancien ministre de Justice, Marc Bellemare, affirme avoir été témoin de pratiques douteuses dans le financement du Parti libéral du Québec et dans le processus de nomination des juges. »

(Québec) Alors que Marc Bellemare dénonce des pratiques de financement du Parti libéral en 2003, l'avocat a pourtant fait appel aux solliciteurs libéraux pour financer sa course à la mairie de 2005, a appris Le Soleil. Aujourd'hui éclaboussé par l'ancien ministre, Franco Fava confirme avoir été approché pour l'aider dans sa campagne municipale. Ce qu'il a refusé net.

Moins d'un an après avoir démissionné de son poste de ministre de la Justice et de député de Vanier, Marc Bellemare convoquait début 2005 une rencontre politique dans un restaurant du boulevard Laurier. Devant la vingtaine de personnes réunies, dont «cinq à six collecteurs libéraux», l'avocat expose son projet de fonder un parti municipal pour briguer la mairie de Québec que Jean-Paul L'Allier laissait vacante.

Parmi les invités se trouvait alors l'entrepreneur en construction Franco Fava, que Bellemare accuse aujourd'hui d'avoir fait pression en 2003 pour la nomination de deux juges et remis de l'argent comptant à un employé du Parti libéral. «Il avait déterminé un budget pour lui et son parti. Il nous expliquait que ça prenait un montant X et que chaque candidat qui se présenterait pour sa formation allait contribuer pour une certaine somme d'argent. Le reste devait se faire en levée de fonds, et il nous sollicitait pour s'occuper de faire son financement», évoque M. Fava.

«Irréaliste»

Jugeant «irréaliste» la somme visée, ce dernier dit avoir refusé net. «Je l'ai reviré de bord. Je trouvais que ça n'avait pas d'allure la façon dont il voulait procéder. Pas juste moi, on était plusieurs. Quand on a vu le plan de match, on n'a rien voulu savoir. On trouvait que le montant qu'il prétendait avoir besoin était beaucoup trop important», dit-il, sans se rappeler précisément du montant demandé. «On avait vu des campagnes à 300 000 $ ou 400 000 $ et c'était pas mal plus substantiel que ça. Il rêvait en couleurs, ce gars-là.»

Toutefois, Le Soleil a appris qu'au moins un solliciteur libéral présent à la rencontre a accepté d'amasser des fonds pour Vision Québec, le parti à la tête duquel l'avocat a mené campagne. Une information que Franco Fava n'a toutefois pas voulu confirmer.

Marc Bellemare, qui n'a pas donné suite aux appels du Soleil, connaissait bien l'efficacité de M. Fava pour amasser des fonds. L'homme d'affaires aujourd'hui à la retraite avait notamment contribué à renflouer les coffres électoraux de l'association libérale de Vanier, circonscription alors détenue par le Parti québécois.

«Je n'ai pas travaillé pour lui directement. Ce qu'on a fait au niveau du parti, quand il a décidé de se présenter dans le comté de Vanier, les finances étaient à terre, alors on a fait une campagne pour les besoins électoraux de M. Bellemare», relate celui qui assure n'avoir jamais travaillé à une élection municipale.

M. Fava ne se rappelle pas s'il a côtoyé M. Bellemare lors de cette campagne électorale de 2003. C'est plutôt lors de son bref passage comme ministre de la Justice que les deux hommes se sont rencontrés «à plusieurs reprises», avance le retraité. «Quand il a quitté ses fonctions de ministre et décidé de se lancer au municipal, il savait qu'on était des collecteurs de fonds pour le provincial et savait qu'on faisait un bon travail, alors il est venu nous solliciter.»

Éclaboussé après avoir été courtisé, M. Fava trouve la situation actuelle plutôt ironique. «Je trouve ça très comique que M. Bellemare accuse tout le monde de toutes sortes de choses, mais qu'il soit allé chercher le même monde pour faire sa campagne au municipal.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer