«Limiter le développement des couronnes», croit la ministre Normandeau

Selon Nathalie Normandeau, le défi est de «refaire... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon Nathalie Normandeau, le défi est de «refaire la ville sur la ville; réhabiliter le centre-ville et les secteurs urbanisés»; occuper les espaces vides, les «remettre en valeur». Sur la photo, le quartier Vauban à Fribourg, en Allemagne, qui pourrait servir d'exemple de réhabilitation de la Pointe-aux-Lièvres.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «La banlieue est un modèle dépassé», croit la ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau.

e ici aux quartiers résidentiels monofonctionnels des années 60 et 70, un modèle dont continuent de s'inspirer les villes.

«On ne va pas pouvoir y mettre fin de façon définitive», prévient Mme Normandeau en entrevue au Soleil. Mais «on ne peut pas permettre le développement de couronnes les unes après les autres sans mettre le pied à terre». Il faut «éviter la fuite en avant»; «limiter le développement des couronnes».

Mme Normandeau ne «lance pas la pierre» aux urbanistes de la Révolution tranquille. «C'était comme ça», dit-elle. Mais les villes de demain devront faire plus de place à la «mixité», «éviter de compartimenter» et freiner l'étalement qui entraîne des «coûts de société».

La ministre n'est cependant «pas partisane de la coercition». Elle n'aime pas l'idée d'interdire de force la construction dans les périphéries.

Elle préfère chercher des «incitatifs» pour que les centres-villes deviennent «plus attractifs». Parle d'une «fiscalité plus agressive ou plus proactive», comme celle qui a attiré les entreprises de multimédia dans Saint-Roch, contribuant ainsi à la relance du quartier.

Mme Normandeau parle aussi d'innover en habitation. Il faut trouver «d'autres modèles que les condos». Elle note au passage la démarche amorcée par la Ville de Québec.

Permettre davantage de constructions en hauteur? La ministre ne fixera pas le nombre d'étages, mais croit qu'il «faut oser».  

Bien au fait des débats soulevés par le projet de densification de la colline parlementaire à Québec, Mme Normandeau a compris qu'il lui faut être prudente et se méfier des mots.

Densification étant un mot trop «sensible», elle préfère parler «d'op­ti­miser le territoire» et de «l'occuper de façon plus intelligente».

«Le défi : refaire la ville sur la ville; réhabiliter le centre-ville et les secteurs urbanisés»; occuper les espaces vides, les «remettre en valeur». Elle se dit «ouverte» par exemple à aider davantage la «réhabilitation» de sites contaminés.

«Je suis l'aménagiste en chef du gouvernement. J'ai une mission d'occupation du territoire, pas seulement dans les régions en difficulté, mais aussi dans les zones urbaines.»

La ministre des Affaires municipales confie ne pas avoir assez voyagé pour identifier des villes qui pourraient l'inspirer.

Pour elle, une ville réussie est une ville où «les citoyens sont heureux et peuvent s'épanouir»; c'est une «ville verte qui respire»; une ville dans laquelle «on peut se déplacer sans voiture».

Une ville dont les citoyens sont «fiers» et pour laquelle ils ont un «sentiment d'appartenance». Elle note à cet effet que le maire Labeaume ne cesse de parler en bien de sa ville pendant qu'à Montréal, le discours est plutôt à la complainte.

Une loi à refaire

Le ministère des Affaires municipales planche actuellement sur une refonte de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme qui date de la fin des années 70. Sa «durée de vie utile» est terminée, croit Mme Normandeau.

La prochaine loi devra être le «reflet des valeurs du XXIe siècle»  : environnement, changements climatiques, gaz à effet de serre, développement durable, implication du citoyen, obligation de rendre compte de la part des élus, etc.

Mme Normandeau dit sentir que «les planètes sont alignées» pour cette réforme. Il ne reste qu'à aligner les 15 ministères concernés...

Transports, Sécurité publique, Ressources naturelles, Environnement, Agriculture, etc.

Cela pose un «défi de concertation et de cohérence», convient Mme Normandeau, qui dit s'employer à «convaincre les 15 ministres».

La ministre prévoit déposer la nouvelle Loi sur l'aménagement et l'urbanisme à l'automne 2010. Il est trop tôt encore pour savoir si cette loi aura suffisamment de fermeté pour imprimer le visage des villes nouvelles que dit souhaiter Mme Normandeau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer