Heurts à Jérusalem-Est après l'éviction d'une famille palestinienne

Une femme palestienne tente d'empêcher un policier israélien... (AFP, Ahmad Gharabli)

Agrandir

Une femme palestienne tente d'empêcher un policier israélien d'arrêter son fils pendant une manifestation à Jérusalem-Est. L'éviction d'une famille palestienne habitant une maison depuis 50 ans a provoqué ces nouveaux heurts entre palestiniens et israéliens.

AFP, Ahmad Gharabli

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Jérusalem

Des heurts ont opposé vendredi des manifestants palestiniens et des sympathisants israéliens à des policiers israéliens et colons juifs autour d'une maison de Jérusalem-Est d'où une famille palestinienne vient d'être expulsée après 50 ans de présence, selon des journalistes de l'AFP.

Environ 150 Palestiniens et sympathisants israéliens s'étaient rassemblés autour de la maison dont la famille Shamasneh a été évincée mardi pour céder la place à des colons juifs, dans ce que les personnes soutenant cette famille palestinienne considèrent comme un nouvel exemple de la judaïsation de Jérusalem-Est annexée et occupée.

Le rassemblement a dégénéré en heurts au cours desquels les journalistes de l'AFP ont vu les policiers israéliens interpeller au moins quatre manifestants, dont un enfant désigné aux policiers par une figure connue de la colonisation de Jérusalem-Est.

Un vidéaste de l'AFP a raconté avoir été agressé par un civil israélien. Celui-ci a frappé violemment du poing la caméra qui a heurté le nez du vidéaste. Comme le journaliste de l'AFP répondait à l'agression, des policiers sont intervenus pour défendre le civil et ont frappé à plusieurs reprises le journaliste.

Une dame âgée empoignée par les policiers alors qu'elle essayait d'empêcher l'interpellation d'un enfant a heurté le sol de la tête. Des colons sur le seuil de la maison ont employé des bombes lacrymogènes contre les manifestants pour les disperser.

Capitale «indivisible»

Le sort de cette modeste maison et de la famille palestinienne qui y vivait a retenu l'attention des ONG opposées à la colonisation et des diplomates attentifs à la situation de Jérusalem-Est, l'une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien.

Les Shamasneh ont été expulsés en vertu d'une décision de la justice israélienne, tranchant une bataille de plusieurs années avec l'administration et des juifs disant être les héritiers des anciens propriétaires.

Israël proclame l'ensemble de Jérusalem comme sa capitale «indivisible». La communauté internationale ne reconnaît pas l'annexion et considère la colonisation des territoires occupés illégale au regard du droit international.

Les Shamasneh avaient emménagé en 1964. La maison appartenait avant 1948 à des juifs. Ces derniers, comme des milliers d'autres, ont fui quand les Jordaniens se sont emparés de Jérusalem-Est lors de la première guerre israélo-arabe qui, au même moment et ailleurs, jetait sur les routes des centaines de milliers de Palestiniens.

Israël a conquis Jérusalem-Est en 1967.

Une loi israélienne permet aux juifs qui justifient de leurs droits sur des propriétés à Jérusalem-Est avant 1948 de les récupérer.

Entre-temps, les héritiers de la maison ont vendu leur bien, désormais aux mains des colons, selon l'organisation anti-colonisation la Paix maintenant.

De quelques centaines en 1967, les juifs sont aujourd'hui environ 195 000 sur une population de 450 000 personnes à Jérusalem-Est.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer