Trump sur Harvey:  «Il n'y a jamais rien eu de tel»

Incapables de prendre leur voiture pour évacuer, des... (AP, David J. Phillip)

Agrandir

Incapables de prendre leur voiture pour évacuer, des cetaines de Houstoniens ont choisi le hors bord.

AP, David J. Phillip

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Katie Schubauer, Jennie Matthew
Agence France-Presse
Houston

La situation d'urgence se poursuivait lundi soir au Texas, où 12 000 soldats de la Garde nationale ont été mobilisés face aux inondations monumentales causées par la tempête Harvey, qui ont notamment paralysé la métropole de Houston.

Après trois décès confirmés liés à Harvey ce week-end, la tempête pourrait avoir causé six nouveaux décès, selon le service médico-légal du comté de Harris, comprenant Houston; des autopsies devraient pouvoir le confirmer.

La menace principale reste la montée des eaux. À Houston, quatrième ville des États-Unis avec 2,3 millions d'habitants, le pic ne devrait être atteint que mercredi ou jeudi.

C'est de cette métropole que les images les plus spectaculaires venaient. Les habitants avaient reçu pour consignes de rester chez eux, le maire ayant voulu éviter un exode massif et potentiellement dangereux à l'approche de la tempête.

Robert Frazier, mécanicien de 54 ans, et son épouse Judy ont toutefois fui leur maison de La Porte, en bordure de la baie, laissant derrière eux un camping-car, une Harley Davidson et une voiture. Lundi, impossible de revenir, l'autoroute étant coupée par les inondations, et le couple patientait à une heure à l'est de la ville, dans un motel.

«J'ai probablement tout perdu, tout est sans doute sous l'eau», se lamente l'homme.

Aux abords de Houston, un calme inhabituel emplissait les longues étendues, en l'absence de circulation automobile. De vastes terres étaient inondées, et dans les villes les magasins restaient fermés, les trottoirs déserts.

Il continuait de pleuvoir lundi, près de trois jours après que l'ouragan de catégorie 4 a touché terre depuis le golfe du Mexique. Rétrogradé en tempête tropicale, il est resté plus ou moins stationnaire et a gorgé d'eau le sud-est du Texas, faisant déborder les rivières et saturant les terres.

Plus de 2000 personnes ont été secourues à ce jour par la police et les pompiers de Houston, des opérations souvent effectuées grâce à des barques ou des bateaux légers dans des rues devenues canaux, avec de l'eau montant jusqu'à la taille ou plus haut. Les autorités locales ont appelé les Texans à la solidarité, notamment ceux qui disposent d'embarcations.

Trempée jusqu'aux os, une famille de Houston ne cachait pas sa joie après avoir été évacuée dans une barque à moteur d'une police venue en renforts d'une autre région. «Heureuse d'être en vie!» s'est écriée Latitia Rodriguez, secourue avec son mari, ses enfants et petits-enfants.

Greg Abbott, le gouverneur du Texas, deuxième plus grand État du pays, a mobilisé lundi la totalité des 12 000 soldats de la Garde nationale du Texas, après en avoir activité 3000 dans un premier temps. Ce corps de réservistes, composé de civils participant à des entraînements réguliers dans l'armée, aura pour tâche la sécurité et les secours.

L'agence fédérale des situations d'urgence, Fema, se prépare à accueillir 30 000 personnes dans des centres d'accueil d'urgence dans la région. À Houston, 5500 personnes étaient dans les centres lundi matin, et leur nombre devrait selon le maire augmenter de façon «exponentielle».

À Dickinson, les personnes âgées habitant à la... (AP, Trudy Lampson) - image 2.0

Agrandir

À Dickinson, les personnes âgées habitant à la résidence La Vita Bella tentaient de se protéger contre l'eau avant d'être évacuées.

AP, Trudy Lampson

Coordination efficace

À Washington, à la veille de son déplacement sur place mardi, Donald Trump s'est félicité de la coordination des secours entre autorités fédérales et locales.

«C'est un volume d'eau historique», a-t-il déclaré depuis la Maison-Blanche. «Il n'y a jamais rien eu de tel. Les gens gèrent ça incroyablement bien, les Texans ont vraiment persévéré».

«Le gouvernement fédéral est prêt à soutenir cet effort. Mais pour le moment la chose la plus importante est d'assurer la sécurité de ceux qui sont encore menacés», a-t-il ajouté.

Les précipitations ont déjà dépassé largement les 50 centimètres depuis jeudi dans la région. Certains lieux en sont à plus de 70 centimètres. Et des zones pourraient encore recevoir 40 à 50 cm de précipitations cette semaine, selon le service météorologique national.

Le pic des inondations ne devrait donc être atteint que mercredi ou jeudi, a prévenu son directeur, Louis Uccellini, lors d'une conférence de presse à Washington.

Le coeur de la tempête, qui se déplace lentement, doit repasser sur le golfe mardi avant de remonter vers le nord-est mercredi, frappant ainsi le sud-ouest de la Louisiane. Le vent devrait rester à une vitesse modérée d'environ 75  km/h, mais des tornades étaient possibles lundi et mardi en Louisiane et dans le coin sud-est du Texas, selon un bulletin du service météorologique national. Le président Donald Trump a par ailleurs décrété l'état d'urgence fédéral en Louisiane.

Des évacuations obligatoires ont été ordonnées dans certains quartiers de la ville de Richmond, ainsi que dans le comté de Jefferson, tandis qu'à Houston, ces évacuations n'étaient pas obligatoires, mais recommandées par endroits.

Les camions d'évacuation n'ont pas chômé à Houston,... (AP, Melissa Phillip) - image 3.0

Agrandir

Les camions d'évacuation n'ont pas chômé à Houston, alors que les résidents quittent leurs maisons submergées.

AP, Melissa Phillip

Pas la fin encore

Les autorités n'avaient de cesse de répéter que les inondations étaient loin d'être terminées.

Il y a tellement d'eau que des vannes ont dû être ouvertes dans deux réservoirs qui menaçaient de déborder à Houston.

L'agence Fema a annoncé que 8500 fonctionnaires fédéraux étaient sur le terrain en renfort des autorités locales.

Fema fournit des moyens techniques et humanitaires, allant de groupes électrogènes à des repas ou la fourniture d'eau.

«Je mettrais la note A+ au gouvernement fédéral», a déclaré le gouverneur Abbott, un républicain. «C'est probablement, l'une des plus grandes catastrophes naturelles de l'histoire américaine, si ce n'est la plus grande».




À lire aussi

  • Houston n'est pas au bout de ses peines

    Monde

    Houston n'est pas au bout de ses peines

    Les eaux des inondations ont atteint le toit de certaines résidences dans la région de Houston, lundi, et les appels à l'aide pouvaient être entendus... »

  • Harvey : le prix de l'essence pourrait grimper

    Affaires

    Harvey : le prix de l'essence pourrait grimper

    Les automobilistes estriens comme ceux de l'Amérique du Nord peuvent s'attendre à voir le prix à la pompe grimper, avec la dévastation causée par... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer