Le sacrifice du Canada souligné à Dieppe

L'attaque sur Dieppe devait se produire avant le... (Archives nationales du canada)

Agrandir

L'attaque sur Dieppe devait se produire avant le lever du soleil, mais les soldats canadiens sont arrivés plus tard que prévu sur la côte française, de sorte qu'ils étaient bien visibles à l'ennemi allemand. Plus de 1000 soldats y ont perdu la vie, dont 916 Canadiens.

Archives nationales du canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Dieppe

Autorités françaises et canadiennes ont commémoré samedi le 75anniversaire du débarquement avorté de Dieppe en Normandie, dans le nord-ouest de la France, lors de la Seconde Guerre mondiale, un échec sanglant qui a cependant préparé le succès du Jour J, deux ans plus tard.

Cet épisode historique tragique, largement méconnu, est cependant célébré avec ferveur par les Canadiens, qui ont essuyé les plus lourdes pertes, et par les habitants de Dieppe, qui ont tissé des liens très forts avec le pays des érables.

Samedi, plus d'un millier de personnes ont participé, dans des conditions strictes de sécurité, aux cérémonies présidées par la secrétaire d'État française chargée des Anciens combattants, Geneviève Darrieussecq, et par le ministre canadien des Anciens Combattants, Kent Hehr, en présence de quelques vétérans.

L'opération Jubilee, à laquelle ont participé directement 6000 hommes, dont près de 5000 Canadiens et un millier de Britanniques, s'est traduite par plus de 1000 morts, des centaines de blessés et plus de 2000 hommes faits prisonniers, soit au total plus des deux-tiers des forces engagées.

Des quelque 5000 soldats canadiens qui y ont participé, seule la moitié a pu regagner la Grande-Bretagne, dont de nombreux blessés. En tout, 916 Canadiens sont morts sur la rive rocheuse de Puys.

Cette tentative de débarquement était prévue le 8 juillet 1942, mais la météo a fait changer les plans. 

Objectif : causer les plus gros dégâts possible sur les infra-structures allemandes avant un repli sur l'Angleterre. Il avait été décidé que les jeunes forces canadiennes qui n'avaient encore guère combattu constitueraient le gros des troupes.

Le 19 août, vers 4h30, cinq attaques ciblent les plages à l'est et à l'ouest de Dieppe et directement sur la grande plage de la ville portuaire, soit une bande de 16 km. Mais l'effet de surprise ne joue pas et les quelque 250 bâtiments alliés, des gros destroyers aux petites embarcations, sont rapidement freinés par la mitraille allemande.

L'attaque sur Dieppe devait se produire avant le lever du soleil, mais les soldats canadiens sont arrivés plus tard que prévu sur la côte française, de sorte qu'ils étaient bien visibles à l'ennemi allemand. 

«Cela tirait de partout»

«Nous étions 15 dans une petite embarcation, cela tirait de partout et j'ai été blessé par une grenade», a témoigné Paul Delorme, un des quatre vétérans du raid présents à Dieppe et originaire de la provice de Saskatchewan.

Les chars d'assaut patinent sur les galets. L'appui de la Royal Air Force est contré par la Luftwaffe, qui compte pourtant deux fois moins d'appareils.

En début d'après-midi, la victoire des Allemands, qui n'ont perdu que quelques centaines d'hommes, est assurée. Paul Delorme passera deux ans dans différents camps de prisonniers et travaillera dans des mines de sel allemandes avant d'être libéré par les troupes américaines.

De l'avis des historiens, le raid avait été mal préparé et la solidité de la défense côtière allemande sous-estimée.

Carnage inutile? «L'heure n'est plus aux débats et aux controverses», a déclaré Geneviève Darrieussecq. De cet échec, les forces alliées ont tiré de nombreux enseignements qui ont permis le succès du débarquement du 6 juin 1944. Le 1er septembre, les Canadiens entraient dans Dieppe en libérateurs.

Le premier ministre, Justin Trudeau, a déclaré que la tragédie de Dieppe a permis aux forces alliées de «changer le cours de la guerre lors du jour J», moins de deux ans plus tard. «Alors que nous commémorons l'offensive sur Dieppe dans le cadre d'événements au Canada et en France, je demande à tous les Canadiens de rendre hommage aux gens qui ont tant donné à Dieppe ainsi qu'à leurs familles qui ont souffert la perte d'êtres chers», a-t-il poursuivi.

Deux batailles importantes

Le gouverneur général du Canada, David Johnston, a souligné que cette année marque le centenaire de deux importantes batailles militaires du Canada : la crête Vimy et Passchendaele, lors de la Grande Guerre. Il est tout aussi important de se rappeler de nos «cinglants échecs», comme celui du raid sur Dieppe, a-t-il ajouté.

«Il est primordial de se rappeler le lourd tribut à payer lors de conflits armés et de transmettre cet héritage au fil des générations pour ne pas répéter les erreurs du passé», a déclaré le gouverneur général par communiqué.

Des cérémonies ont aussi eu lieu à Montréal, où une plaque commémorative a été dévoilée au parc de Dieppe par le maire Denis Coderre et la députée fédérale de Longueuil-Charles-LeMoyne, Sherry Romanado, à Calgary et à la ville néo-brunswickoise de Dieppe.

Les commémorations se poursuivront pendant trois jours en France.  Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer