Barcelone: au moins 14 morts, l'EI revendique l'attentat

  • Un policier et deux hommes viennent en aide à une personne happée par le véhicule. (AFP, Nicolas Carvalho Ochoa)

    Plein écran

    Un policier et deux hommes viennent en aide à une personne happée par le véhicule.

    AFP, Nicolas Carvalho Ochoa

  • 1 / 18
  • Cette femme blessée reçoit de l'aide de passants. (AFP/compte INSTAGRAM de carlos_tg_32_)

    Plein écran

    Cette femme blessée reçoit de l'aide de passants.

    AFP/compte INSTAGRAM de carlos_tg_32_

  • 2 / 18
  • Les policiers ont procédé à la vérification de l'identité des gens qui se trouvaient sur les lieux de l'attentat. (AFP, Josep LAGO)

    Plein écran

    Les policiers ont procédé à la vérification de l'identité des gens qui se trouvaient sur les lieux de l'attentat.

    AFP, Josep LAGO

  • 3 / 18
  • La camionnette qui a foncé dans la foule. (AFP, JAVIER SORIANO)

    Plein écran

    La camionnette qui a foncé dans la foule.

    AFP, JAVIER SORIANO

  • 4 / 18
  • Des personnes ayant assisté à la scène d'horreur étaient sous le choc. (AP, Giannis Papanikos)

    Plein écran

    Des personnes ayant assisté à la scène d'horreur étaient sous le choc.

    AP, Giannis Papanikos

  • 5 / 18
  • Les policiers ont procédé à la vérification de l'identité des gens qui se trouvaient sur les lieux de l'attentat. (AFP, Josep LAGO)

    Plein écran

    Les policiers ont procédé à la vérification de l'identité des gens qui se trouvaient sur les lieux de l'attentat.

    AFP, Josep LAGO

  • 6 / 18
  • Des dizaines de personnes ont été blessées lorsque la camionnette a foncé dans la foule. (AP, Oriol Duran)

    Plein écran

    Des dizaines de personnes ont été blessées lorsque la camionnette a foncé dans la foule.

    AP, Oriol Duran

  • 7 / 18
  • Les gens qui se trouvaient près du lieu de l'attentat ont été escortés par des policiers. (AFP, v)

    Plein écran

    Les gens qui se trouvaient près du lieu de l'attentat ont été escortés par des policiers.

    AFP, v

  • 8 / 18
  • Des clients d'un magasin sont escortés par des policiers hors de la zone de l'attentat. (AFP, LLUIS GENE)

    Plein écran

    Des clients d'un magasin sont escortés par des policiers hors de la zone de l'attentat.

    AFP, LLUIS GENE

  • 9 / 18
  • Les forces de l'ordre ont bouclé l'endroit où s'est produit l'attentat, sur la célèbre artère La Rambla à Barcelone. (AFP, LLUIS GENE)

    Plein écran

    Les forces de l'ordre ont bouclé l'endroit où s'est produit l'attentat, sur la célèbre artère La Rambla à Barcelone.

    AFP, LLUIS GENE

  • 10 / 18
  • Des touristes visiblement sous le choc sont escortés hors de la zone où s'est produit l'attentat, bouclée par les policiers. (AFP, PAU BARRENA)

    Plein écran

    Des touristes visiblement sous le choc sont escortés hors de la zone où s'est produit l'attentat, bouclée par les policiers.

    AFP, PAU BARRENA

  • 11 / 18
  • Un vent de panique a soufflé sur La Rambla, que des centaines de touristes ont fui dans les secondes suivant l'attaque. (AP)

    Plein écran

    Un vent de panique a soufflé sur La Rambla, que des centaines de touristes ont fui dans les secondes suivant l'attaque.

    AP

  • 12 / 18
  • Une photo aérienne montre plusieurs personnes au sol. (AFP)

    Plein écran

    Une photo aérienne montre plusieurs personnes au sol.

    AFP

  • 13 / 18
  • Une blessée est pris en charge après avoir été heurtée par la camionnette. (AP)

    Plein écran

    Une blessée est pris en charge après avoir été heurtée par la camionnette.

    AP

  • 14 / 18
  • La police locale fait état de dizaines de blessés, dont plusieurs graves. (AP)

    Plein écran

    La police locale fait état de dizaines de blessés, dont plusieurs graves.

    AP

  • 15 / 18
  • La Rambla est un lieu prisé des touristes et des familles. (AP)

    Plein écran

    La Rambla est un lieu prisé des touristes et des familles.

    AP

  • 16 / 18
  • Des enfants apeurés fuient la scène. (AP)

    Plein écran

    Des enfants apeurés fuient la scène.

    AP

  • 17 / 18
  • Des dizaines de policiers anti-émeute ont été déployés afin de localiser les assaillants et prendre en charge la foule. (AFP)

    Plein écran

    Des dizaines de policiers anti-émeute ont été déployés afin de localiser les assaillants et prendre en charge la foule.

    AFP

  • 18 / 18

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurence Boutreux, Daniel Bosque
Agence France-Presse
Barcelone

Deux attentats à la voiture bélier ont été commis à quelques heures d'intervalle en Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne, faisant 14 morts et une centaine de blessés dans le coeur touristique de Barcelone, alors que cinq «terroristes présumés» ont été abattus dans la station balnéaire à Cambrils.

Jeudi en fin d'après-midi, une camionnette a foncé dans la foule sur La Rambla, l'artère la plus fréquentée par les touristes dans la métropole catalane. L'attentat a été rapidement revendiqué par le groupe djihadiste État islamique. Le conducteur de la camionnette a pris la fuite sans un mot après avoir fauché les passants qui baguenaudaient parmi les kiosques à fleurs et à souvenirs.

Mais deux suspects, un Espagnol et un Marocain, ont été arrêtés par la police dans deux localités éloignées respectivement de 100 et 200 km de Barcelone.

Dans la nuit, la police annonçait avoir abattu cinq «terroristes présumés» à Cambrils, située à 120 km au sud de Barcelone. «Les terroristes présumés circulaient dans une Audi A3 et ont apparemment renversé plusieurs personnes avant de se heurter à une patrouille des Mossos d'Esquadra et la fusillade a commencé», a annoncé un porte-parole du gouvernement régional. Certains d'entre eux portaient des ceintures d'explosifs, a ajouté un porte-parole des Mossos.

Six civils et un policier ont été blessés lorsque la voiture a fauché vers minuit (18h, heure du Québec) des piétons sur la promenade de bord de mer de cette station touristique. Un des civils blessés est décédé quelques heures plus tard, portant le bilan des attentats à 14 morts.

La police a fait savoir sur son compte Twitter qu'elle considérait cette attaque comme liée à l'attentat qui a fait 14 morts et une centaine de blessés d'au moins 35 nationalités différentes jeudi à Barcelone.

«Entre deux heures et deux heures et demie, nous étions sur la promenade de la plage. Nous avons entendu des tirs et pensé "ça doit être des fusées" mais c'était des coups de feu, a raconté Markel Artabe, 20 ans, employé dans un restaurant de Cambrils.

«Si vous êtes à Cambrils, ne sortez pas», avait averti sur Twitter la police régionale de Catalogne.

«Beaucoup de sang»

«Nous pouvons confirmer qu'il y a 14 morts et plus d'une centaine de blessés», a déclaré jeudi soir à Barcelone le responsable de l'Intérieur du gouvernement régional catalan, Joaquim Forn.

Les victimes - morts et blessés - sont au moins de 35 nationalités différentes, a-t-on appris auprès des services espagnols de protection civile.

«J'ai vu quatre ou cinq personnes à terre et des gens essayaient de les réanimer. Il y avait beaucoup de sang», a raconté Lily Sution, une touriste néerlandaise.

«Il y avait des corps par terre avec les gens qui s'attroupaient autour d'eux. Les gens pleuraient», raconte Xavi Perez, qui vend des magazines sportifs à 100 mètres à peine du lieu de l'attaque.

La zone de l'attentat a rapidement été fermée par un cordon de sécurité. Des blessés ont été emmenés sur des civières vers un grand magasin de la chaîne Corte Inglés, pour recevoir les premiers soins pendant que les survivants ont été confinés dans les magasins et les restaurants qui bordent La Rambla.

Des stations de métro et de chemin de fer ont été fermées pendant des heures et n'ont commencé à rouvrir que vers minuit. Aux portes de la ville, des contrôles policiers provoquaient d'importants embouteillages jusque tard dans la nuit.

Un suspect d'origine marocaine, Driss Oukabir, a été... (AFP, tirée de Facebook) - image 3.0

Agrandir

Un suspect d'origine marocaine, Driss Oukabir, a été arrêté à Ripoll, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone.

AFP, tirée de Facebook

Le groupe djihadiste État islamique (EI) a revendiqué l'attaque dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites djihadistes, SITE.

«L'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les États de la coalition» internationale antidjihadistes opérant en Syrie et en Irak, indique le communiqué.

Le porte-parole de la police a annoncé qu'un Marocain, Driss Oukabir, avait été arrêté à Ripoll, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone. Un autre suspect, né à Melila, une enclave espagnole au Maroc, a été arrêté à 200 km au sud de Barcelone, après l'explosion d'une maison dont les occupants préparaient apparemment un engin explosif selon la police.

«Toute l'Espagne est à Barcelone»

Par l'utilisation d'un véhicule pour tuer des piétons, l'attaque de Barcelone rappelle des attentats imputés ou revendiqués par l'EI à Nice, Berlin ou Londres.

L'Espagne, troisième destination touristique au monde, avait été jusqu'ici épargnée par les attentats des djihadistes de l'EI ayant touché d'autres capitales européennes, telles Paris ou Bruxelles.

Mais c'est à Madrid qu'avaient eu lieu les attentats islamistes les plus meurtriers jamais commis en Europe: le 11 mars 2004, des bombes avaient explosé dans des trains, faisant 191 morts. Ils avaient été revendiqués par un groupe de la mouvance Al-Qaida.

Les réactions d'indignation ont très vite afflué.

«Ils ne nous terroriseront pas. Toute l'Espagne est à Barcelone. Las Ramblas appartiendront de nouveau à tout le monde», a déclaré le roi Felipe VI dans un message du Palais royal. Le souverain participera vendredi à 12h (6h du matin, heure du Québec) à Barcelone à la minute de silence en solidarité avec les victimes de l'attentat.

Le chef du gouvernement Mariano Rajoy s'est quant à lui rendu immédiatement à Barcelone, où le gouvernement régional séparatiste prétend faire sécession de l'Espagne.

«Nous sommes unis dans la douleur. Mais nous sommes surtout unis par la volonté de mettre fin à cette folie et cette barbarie», a-t-il déclaré à la presse, annonçant un deuil national de trois jours à partir de vendredi.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau s'est exprimé sur Twitter : «Le Canada condamne l'attentat terroriste de Barcelone. Nos pensées, nos condoléances et notre soutien vont aux victimes et à leur famille.»

Le président américain Donald Trump a quant à lui assuré que son pays ferait «tout ce qui est nécessaire pour aider».

Son homologue français Emmanuel Macron et la première ministre britannique Theresa May ont exprimé la «solidarité» de leurs pays respectifs.

«Mes plus profondes condoléances aux familles et aux proches des victimes, à Mariano Rajoy et aux citoyens d'Espagne», a écrit Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, sur Twitter.

Le président russe Vladimir Poutine a appelé à un combat global contre «les forces du terrorisme».

Le pape François a quant à lui fait part de sa «grande préoccupation».

Par ailleurs, le gouvernement canadien a avisé les Canadiens se trouvant en Espagne qu'ils pouvaient obtenir une aide consulaire d'urgence au +34 93 270 3614 ou au sosinternational.gc.ca : mailto:sosinternational.gc.ca

BARCELONE

Au moins 12 attaques au véhicule bélier dans les derniers mois

Les attentats au véhicule bélier se multiplient depuis l'attaque survenue à Nice le 14 juillet 2016.

Quatre-vingt-six personnes avaient alors trouvé la mort, et 458 autres avaient été blessées, lorsque le conducteur d'un camion avait foncé sur la foule, réunie sur la promenade des Anglais à l'occasion de la Fête nationale française.

Depuis, les attaques du genre se font de plus en plus nombreuses, particulièrement en Europe, mais aussi dans d'autres régions du monde.

Au moins une douzaine d'entre elles ont été répertoriées en comptant l'attaque de Nice. Rétrospective.

Berlin, 19 décembre 2016

Un camion-bélier surgit au marché de Noël de la Breitscheidplatz, à Berlin, en Allemagne, faisant 12 morts et une cinquantaine de blessés. L'auteur de l'attentat prend la fuite et est tué, quelques jours plus tard, à Milan en Italie. L'attaque est revendiquée par Daech.

Jérusalem, 8 janvier 2017

Quatre personnes perdent la vie lorsqu'un conducteur projette son camion sur un groupe d'élèves officiers de l'armée israélienne sur la promenade Armon Hanatziv à Jérusalem. Dix-sept personnes sont également blessées. L'auteur de l'attentat était un sympathisant de Daech.

Melbourne, 20 janvier 2017

Un homme fonce délibérément avec sa voiture sur des piétons au centre-ville de Melbourne, en Australie, provoquant la mort de cinq personnes et en blessant 37 autres. L'auteur de l'attaque, qui a été arrêté sur place, n'avait aucune motivation terroriste, selon les autorités.

Londres, 22 mars 2017

Une voiture sème la mort sur le pont de Westminster, à quelques mètres du Parlement britannique à Londres. Le forcené poursuit sa course folle à pied et poignarde à mort un policier, faisant en tout cinq morts et une quarantaine de blessés. L'attentat est revendiqué par Daech.

Stockholm, 7 avril 2017

Un camion renverse plusieurs passants sur une artère commerciale du centre-ville de Stockholm, fauchant la vie de quatre personnes et en blessant 19 autres. Le conducteur, un sympathisant présumé de Daech, est arrêté quelques heures plus tard.

New York, 18 mai 2017

Un ancien militaire fauche 23 piétons avec son véhicule sur Times Square à New York, faisant une victime. Selon les autorités, le suspect arrêté sur place n'avait aucun lien avec l'extrémisme islamiste.

Londres, 3 juin 2017

Un camion prend pour cible des piétons qui marchent sur le pont de Londres, au Royaume-Uni, fauchant une vingtaine de personnes. Les assaillants poursuivent leur route et surgissent à Borough Market où ils poignardent au hasard des passants. Les trois terroristes font en tout huit victimes et 48 blessés. Daech revendique l'attentat.

Londres, 19 juin 2017

Un conducteur précipite son véhicule sur un groupe de musulmans rassemblés près d'une mosquée à Londres, au Royaume-Uni. Une personne rend l'âme et neuf autres sont blessées. Le suspect, qui serait islamophobe, est arrêté sur place.

Paris, 9 août 2017

Un homme fonce délibérément avec sa voiture sur des militaires à Levallois-Perret, en banlieue parisienne, faisant six blessés. Le suspect est arrêté quelques heures plus tard. On ne connaît pas encore ses motivations.

Charlottesville, 12 août 2017

Une voiture renverse des manifestants qui protestaient contre un rassemblement de l'extrême droite à Charlottesville, en Virginie. L'attaque fait une victime et 19 blessés. Le conducteur, qui serait un sympathisant de la mouvance d'extrême droite, est arrêté peu après.

Barcelone, 17 août 2017

Une camionnette sème la terreur sur la célèbre avenue La Rambla, le coeur touristique de Barcelone, fauchant la vie d'au moins 13 personnes et faisant au moins 100 blessés. Deux suspects sont arrêtés quelques heures plus tard. Daech se dit encore une fois derrière cette attaque.

Magdaline Boutros, La Presse canadienne




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer