Trump blâme «les deux côtés» pour les violences à Charlottesville

Des manifestants ont renversé mardi la statue d'un... (AP, Casey Toth)

Agrandir

Des manifestants ont renversé mardi la statue d'un soldat confédéré à Durham en Caroline du Nord, après lui avoir noué une corde jaune autour du cou devant les caméras des médias locaux.

AP, Casey Toth

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jerome Cartillier
Agence France-Presse
New York

Après avoir tenté d'apaiser, il attise : Donald Trump a suscité une levée de boucliers mardi en affirmant que la responsabilité des violences qui ont secoué Charlottesville devait être recherchée «des deux côtés».

Lors d'une conférence de presse chaotique depuis la Trump Tower à New York, le président américain a renvoyé dos à dos les membres de la droite suprémaciste qui s'étaient donné rendez-vous dans cette petite ville de Virginie et les manifestants qui s'étaient rassemblés pour les dénoncer.

Ces propos contrastaient avec la déclaration solennelle de lundi à la Maison-Blanche au cours de laquelle il avait dénoncé, avec retard, mais sans détour, des «violences racistes» inacceptables.

Une femme de 32 ans a été tuée à Charlottesville quand un sympathisant néonazi de 20 ans, James Fields, a intentionnellement percuté avec son véhicule des contre-manifestants.

Debout devant les ascenseurs dorés de sa tour de Manhattan, le président américain a commencé par avancer que sa première déclaration, très évasive, samedi, s'expliquait par le manque d'informations dont il disposait.

«Quand je fais une déclaration, j'aime être correct. Je veux les faits. Les événements venaient d'avoir lieu», a-t-il dit, pour justifier sa réaction en deux temps.

Mais face au feu roulant des questions, M. Trump a ensuite justifié sa première approche. «Je pense qu'il y a des torts des deux côtés», a-t-il lancé, vindicatif.

«J'ai regardé de très près, de beaucoup plus près que la plupart des gens. Vous aviez un groupe d'un côté qui était agressif. Et vous aviez un groupe de l'autre côté qui était aussi très violent. Personne ne veut le dire», a-t-il affirmé.

Donald Trump a suscité une levée de boucliers... (Archives AP, Pablo Martinez Monsivais) - image 2.0

Agrandir

Donald Trump a suscité une levée de boucliers mardi en affirmant que la responsabilité des violences qui ont secoué Charlottesville devait être recherchée «des deux côtés».

Archives AP, Pablo Martinez Monsivais

La droite alternative

«Que dire de l'Alt left qui a attaqué l'Alt right [terme qui désigne la droite alternative] comme vous dites? N'ont-ils pas une part de culpabilité Ont-ils un problème? Je pense que oui», a-t-il lancé.

«J'ai condamné les néonazis. Mais tous les gens qui étaient là-bas n'étaient pas des néonazis ou des suprémacistes blancs, loin s'en faut», a-t-il poursuivi, répétant que ce fut «une terrible journée».

Les propos présidentiels ont été immédiatement salués par David Duke, un ancien leader du Ku Klux Klan qui était présent à Charlottesville.

«Merci président Trump pour votre honnêteté et votre courage», a-t-il lancé sur Twitter, le remerciant d'avoir «dit la vérité» et dénoncé «les terroristes de gauche».

Réactions indignées

Ils ont, dans le même temps, suscité une vague de réactions indignées.

Ileana Ros-Lehtinen, élue américaine républicaine de Floride, a exprimé son désaccord profond.

«Accuser ''les deux côtés'' après Charlottesville? Non! Le retour au relativisme lorsqu'on parle du KKK, des sympathisants nazis et des suprémacistes blancs? Clairement non.»

«En tant que juif, qu'Américain, qu'être humain, je ne trouve pas les mots pour exprimer mon dégoût et ma déception. Ce n'est pas mon président», a lancé le sénateur démocrate de Hawaii Brian Schatz.

À la défense de Steve Bannon

M. Trump a par ailleurs profité de cet échange avec les journalistes pour défendre Steve Bannon, son très controversé conseiller stratégique, chantre de la droite alternative américaine.

«J'aime bien M. Bannon, c'est un ami [...] c'est quelqu'un de bien, pas un raciste», a-t-il lancé, tout en laissant entendre que son départ, source d'intenses spéculations depuis plusieurs jours, n'était pas exclu.

Soulignant qu'il était arrivé «tard» dans son équipe, il a laissé planer le doute sur son avenir. «Nous verrons ce qui arrivera à M. Bannon», a-t-il simplement dit.

Selon le New York Times, le puissant magnat des médias Rupert Murdoch, fondateur de Fox News, a récemment exhorté Donald Trump à limoger son conseiller à la crinière poivre et sel.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer