Les deux sénatrices républicaines qui tiennent tête à Trump

Les sénatrices Susan Collins (à gauche) et Lisa... (Archives AP, Susan Walsh)

Agrandir

Les sénatrices Susan Collins (à gauche) et Lisa Murkowski étaient assises aux côtés de Donald Trump lors d'une rencontre à la Maison-Blanche, le 27 juin.

Archives AP, Susan Walsh

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michael Mathes
Agence France-Presse
Washington

Les projecteurs sont braqués depuis vendredi sur John McCain, dont le vote a fait dérailler la réforme de la santé voulue par Donald Trump. Mais deux autres sénatrices républicaines ont, dans son ombre, résisté à la pression présidentielle et également voté «non».

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la chambre haute du Congrès était appelée à se prononcer sur une abrogation a minima de l'Obamacare, l'emblématique loi sur le système de santé de Barack Obama, honnie des républicains qui promettent depuis 7 ans de s'en débarrasser.

Pour ce vote serré - la majorité républicaine au Sénat possède 52 sièges sur 100 -, plusieurs figures républicaines comme Rand Paul ou Lindsey Graham avaient fait part de leurs réserves sur la direction que prenait le texte. Mais alors qu'ils semblaient céder aux demandes du président républicain, ce sont Susan Collins et Lisa Murkowski qui ont fait pencher la balance.

Susan Collins, sénatrice du Maine... (AP, J. Scott Applewhite) - image 2.0

Agrandir

Susan Collins, sénatrice du Maine

AP, J. Scott Applewhite

Lisa Murkowski, sénatrice de l'Alaska... (AP, Cliff Owen) - image 2.1

Agrandir

Lisa Murkowski, sénatrice de l'Alaska

AP, Cliff Owen

Sans les sénatrices respectivement du Maine et de l'Alaska, qui suivent ce dossier depuis des mois, l'arrivée théâtrale de John McCain, à 1h29 du matin vendredi pour afficher son désaccord pouce baissé, aurait été vaine.

Pour elles plus que quiconque, s'opposer à «Trumpcare» a été un combat. Les deux sénatrices ont fait l'objet de pressions directes et d'invectives de Donald Trump, ou de tentatives d'intimidation de ses partisans. Blake Farenthold, un élu républicain, aurait même voulu en venir aux mains avec elles, si elles n'étaient pas des femmes.

Des 52 sénateurs républicains, Susan Collins, 64 ans et Lisa Murkowski, 60 ans, sont les plus féroces opposantes au président Trump. Elles avaient également voté contre la nomination de la ministre de l'Éducation, Betsy DeVos, qu'elles jugeaient incompétente.

Même en dehors de l'hémicycle, elles dénoncent, lorsqu'elles en ressentent le besoin, les diatribes du milliardaire. Comme en juin, lorsque Donald Trump avait dénigré une présentatrice de MSNBC: «Arrêtez cela!», avait par exemple tweeté Mme Murkowski.

«Fortes»

Sur la santé, les sénatrices estiment que le projet républicain menace de laisser, à ce stade et comme l'affirment d'ailleurs des projections officielles, des millions de familles américaines sans accès aux soins.

L'opposition de Susan Collins à la réforme de l'assurance maladie remonte à 2015, lorsqu'elle avait voté contre un projet semblable d'abrogation partielle de l'Obamacare.

Avec sa collègue, elles sont les seules républicaines à s'être opposées à l'ouverture du débat cette semaine sur l'abrogation, provoquant la colère de Donald Trump.

Lisa Murkowski a «vraiment laissé tomber les républicains et notre pays hier», avait-il écrit sur Twitter.

Les intimidations se sont depuis fait entendre en crescendo. Le secrétaire à l'Intérieur, Ryan Zinke, a par exemple appelé, selon la presse, Mme Murkowski pour la prévenir que Washington était prêt à retirer son financement pour le forage pétrolier en Alaska, ainsi que pour certaines de ses politiques prioritaires.

Les propos ne sont pas tombés dans l'oreille d'une sourde, puisqu'elle préside la Commission du Sénat sur l'énergie et les ressources naturelles. Elle a donc immédiatement retardé plusieurs nominations de l'administration Trump en la matière pour les passer en revue.

Les prises de position passionnées des deux sénatrices contre leur propre parti et face aux pressions leur ont au moins valu le respect de leurs collègues de l'opposition.

«Merci d'être restées fortes tout du long», a par exemple tweeté le sénateur démocrate Michael Bennet.

La sénatrice Mazie Hirono a, elle, affirmé à CNN qu'elle s'était récemment entretenu avec Lisa Murkowski, qui lui a donné un conseil pour gérer les pressions: «Rendre coup pour coup.»




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer