Premier pas franchi pour abroger Obamacare

Les républicains contrôlent le Sénat à 52 contre... (Archives AFP, Brendan Smialowski)

Agrandir

Les républicains contrôlent le Sénat à 52 contre 48, ce qui signifie qu'ils ne pouvaient se permettre de perdre que deux votes si John McCain était présent, ou un seul en son absence.

Archives AFP, Brendan Smialowski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Erica Werner
Associated Press
Washington

Un Sénat américain fort divisé a finalement voté pour faire progresser le plan d'abrogation de l'Obamacare, mardi. Le président Donald Trump a félicité le Sénat - et le sénateur John McCain de retour moins de deux semaines après avoir reçu un diagnostic de tumeur au cerveau - pour cette rare avancée dans le dossier de l'assurance maladie.

«Je suis très heureux d'annoncer que, sans aucun vote démocrate, la motion pour procéder sur les soins de santé vient juste de passer. Et maintenant, nous avançons pour adopter un système de soins de santé vraiment formidable pour les Américains», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec le premier ministre libanais Saad Hariri, en visite à Washington.

«Je veux remercier le sénateur John McCain, un homme très brave», a-t-il ajouté.

Le président a continué à célébrer la nouvelle en soirée, lors d'un rassemblement à Youngstown, en Ohio.

«Nous sommes maintenant encore plus près de libérer nos citoyens de ce cauchemar d'Obamacare», a-t-il lancé.

«Vous croyez que c'est facile? Ce n'est pas facile.»

Le vote s'est avéré très serré. Il s'est conclu par une égalité de 50 voix de part et d'autre, le vote du vice-président Mike Pence ayant servi à briser l'égalité.

L'ambiance était d'ailleurs tendue dans les environs; près de 100 personnes ont été arrêtées pour avoir manifesté à l'intérieur des édifices du Sénat. Les manifestants scandaient : «Tuez la loi, ne nous tuez pas» (Kill the bill, don't kill us).

Il ne s'agit que d'une étape sur un chemin parsemé de possibles embûches, mais il s'agit tout de même d'une victoire pour le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, et pour le président Trump. La semaine dernière, M. McConnell avait été contraint de repousser le vote, puisqu'il n'avait pas suffisamment d'appuis.

Le vote, mardi, permet de lancer des jours de débats et d'autres votes sur l'abrogation et le remplacement de la réforme de l'assurance maladie de l'ancien président Barack Obama. Tout projet qui sera approuvé par le Sénat devra par la suite être soumis à un vote à la Chambre des représentants.

Accueil chaleureux

M. McCain a été accueilli par des applaudissements à son arrivée au Sénat. L'octogénaire avait une cicatrice bien visible au-dessus de son oeil gauche, les médecins lui ayant retiré un caillot de sang plus tôt ce mois-ci.

M. McCain a déploré le peu d'actions législatives au Congrès, et a appelé à la collaboration entre républicains et démocrates. Ses commentaires ont suscité une ovation.

Portant les traces d'une opération subie il y... (AP, Andrew Harnik) - image 2.0

Agrandir

Portant les traces d'une opération subie il y a 11 jours, John McCain, qui aura bientôt 81 ans, était présent pour le vote. L'an dernier, le sénateur de l'Arizona avait fait campagne pour que la loi d'assurance maladie de Barack Obama soit abrogée.

AP, Andrew Harnik

«Cessez d'écouter les grandes gueules ampoulées à la radio, à la télévision et sur internet. Qu'ils aillent au diable! Ils ne veulent rien pour le bien commun. Notre incapacité est leur gagne-pain», a déclaré le sénateur, combatif.

«Que nous soyons du même parti ou non, nous ne sommes pas les subordonnés du président. Nous sommes ses égaux!» a-t-il aussi déclaré.

Le sénateur de l'Arizona a enregistré son vote pour lancer le débat sur le projet de loi en santé, permettant une percée à son parti et à M. Trump sur une question centrale pour les républicains au cours des dernières années.

M. McCain a lui-même fait campagne vigoureusement sur l'abrogation de l'Obamacare l'an dernier, avant d'être réélu pour un sixième et fort probablement dernier mandat comme sénateur.

Tout de même, il a affirmé qu'il ne voterait pas pour l'actuelle version républicaine du projet de loi sur l'assurance maladie.

Continuant de faire pression sur les sénateurs républicains avant le vote, M. McConnell a souligné que plusieurs «se sont engagés envers les électeurs à offrir un répit de cette expérience ratée de la gauche», ajoutant que «nous avons maintenant une véritable occasion de respecter ces engagements».

Signe de progrès, le sénateur conservateur Rand Paul avait dit qu'il appuierait l'idée de lancer le débat. Il a indiqué que M. McConnell lui avait dit que le Sénat débattrait de sa proposition d'éliminer une grande partie de la loi de Barack Obama et de donner au Congrès deux ans pour présenter une mesure de rechange.

Les démocrates s'opposent à cette proposition d'éliminer l'Obamacare. Les républicains contrôlent le Sénat à 52 contre 48, ce qui signifie qu'ils ne pouvaient se permettre de perdre que deux votes si John McCain était présent, ou un seul en son absence.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer