Trump inaugure le premier d'une nouvelle génération de porte-avions

D'une longueur de 333 mètres, le USS Gerald Ford comptera... (AP, Steve Earley)

Agrandir

D'une longueur de 333 mètres, le USS Gerald Ford comptera sur un équipage de 4460 personnes et est propulsé par deux réacteurs nucléaires. Sa construction a coûté 12,9 milliards $.

AP, Steve Earley

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Watson
Agence France-Presse
Norfolk

Le président Donald Trump a inauguré samedi le USS Gerald Ford, onzième porte-avions de la flotte américaine et premier d'une nouvelle génération à propulsion nucléaire, échappant pour quelques heures aux tourments politiques de Washington.

«L'acier américain et des mains américaines ont fabriqué un message de 100 000 tonnes au reste du monde : la puissance américaine ne connaît pas d'égale», a déclaré le commandant en chef à bord du navire dans une ambiance de fête patriotique, sur l'immense base navale de Norfolk, à trois quarts d'heure de vol au sud de Washington.

«Quels que soient les horizons où se rendra ce navire, nos alliés dormiront tranquilles, et nos ennemis trembleront de peur», a-t-il déclaré, lors de cette cérémonie marquant l'acceptation formelle du navire par la marine.

Avant de partir, toutefois, le président américain a lancé une salve de dix tweets sur les affaires et personnages qui ont empoisonné sa semaine : l'enquête du procureur spécial sur les liens entre ses proches et la Russie, son ministre de la Justice, la réforme torpillée du système de santé ou encore le New York Times, accusé d'avoir publié des informations qui ont empêché les États-Unis de tuer le chef de l'organisation État islamique en 2015.

Il a également défendu le remaniement, vendredi, de son équipe de communication, six mois après son entrée en fonctions. L'exécutif a une nouvelle porte-parole, Sarah Sanders, et un nouveau chef de la communication, Anthony Scaramucci, venu de Wall Street.

Et il est revenu à la charge contre Hillary Clinton, demandant pourquoi la justice s'en prenait à son fils sur la Russie, au lieu de rouvrir le dossier des courriels de l'ancienne candidate démocrate à la Maison-Blanche.

Dépassement budgétaire

Rien de tout cela, toutefois, durant le discours prononcé par le président à bord du Gerald Ford, du nom du 38e président des États-Unis.

Fervent soutien des armées, Donald Trump a rendu hommage aux marins américains et à son prédécesseur.

Mais il s'est permis quelques tacles politiques en appelant le Congrès à soutenir sa demande de hausse du budget de la défense... et en regrettant indirectement le dépassement de budget (plus de 20 %) et le retard à la livraison (environ deux ans) du porte-avions.

«Nous ne voulons pas de surcoûts. Nous voulons les meilleurs équipements, mais livrés en avance et en dessous du budget», a-t-il lancé.

Le président Trump en discussion avec le capitaine... (AFP, Jim Watson) - image 2.0

Agrandir

Le président Trump en discussion avec le capitaine du USS Gerald Ford, Rick McCormack.

AFP, Jim Watson

D'une longueur de 333 mètres, le navire a un équipage de 4460 personnes et est propulsé par deux réacteurs nucléaires. Il a coûté 12,9 milliards $, et doit remplacer la classe de porte-avions Nimitz, qui arrivent au terme de leurs 50 années de services programmées. Le Kennedy, sur le même modèle, est actuellement en construction.

La U.S. Navy veut augmenter sa flotte à 12 porte-avions d'ici 2031, et Donald Trump a promis d'agrandir l'ensemble de la flotte.

Aucun pays ne dispose d'une telle puissance navale, de loin. La Russie et la France n'ont chacune qu'un seul porte-avions. La Chine vient de mettre à flot son deuxième, mais il n'est pas encore opérationnel.

Le Gerald Ford, dont la quille a été posée en 2009, ne sera pas opérationnel avant 2020, avec un premier déploiement prévu pour 2022.

Son processus de construction a été très critiqué notamment par le sénateur John McCain, qui a dénoncé à de multiples occasions les surcoûts ainsi que les problèmes techniques, notamment sur le nouveau type de catapulte pour propulser les avions de chasse, électromagnétique plutôt qu'à vapeur.

Le navire doit permettre d'effectuer 25 % de sorties aériennes de plus pour ses quelque 75 avions et hélicoptères, tandis que ses réacteurs produiront plus d'électricité que la classe précédente. Surtout, les différentes améliorations doivent permettre de faciliter sa maintenance avec un équipage réduit de 500 personnes par rapport aux porte-avions Nimitz.

Les dix porte-avions actuels, de la classe Nimitz, ont été lancés entre 1975 et 2009. Le CVN 78 Gerald Ford sera suivi par le John Kennedy (CVN 79) puis l'Enterprise (CVN 80).




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer